Canal+ : grève dans les centres d’appel contre des suppressions de postes

PARIS, 14 septembre 2017 (AFP) – Les salariés des centres de relation clients de Canal+ à Saint-Denis et Rennes sont en grève depuis plusieurs jours pour protester contre un projet de suppression de 153 postes, a-t-on appris jeudi auprès de la CGT.

Selon Jean-Marc Janeau, délégué syndicat central CGT de Canal+, l’ensemble des employés du site de Saint-Denis était en grève ce jeudi, et « au moins 80 à 85% » de ceux du centre de Rennes, dans le cadre de ce mouvement entamé vendredi, confirmant une information du site Les Jours.

La direction du groupe, filiale de Vivendi, avait annoncé début juin une « réorganisation » de ses services de relation clientèle, face à la chute des appels téléphoniques et au développement du numérique.

Un plan qui devrait entraîner selon le groupe la fermeture du site de Saint-Denis, et du même coup la suppression de 153 postes, ainsi que des reclassements sur le centre de Rennes.

Sur ce dernier site, la direction veut en outre renégocier et annualiser les horaires de travail, ce qui impliquerait « jusqu’à 10 heures de présence payées 8 », d’après la CGT.

Selon M. Janeau, « 100% des salariés du site de Saint-Denis sont venus au siège social du groupe situé à Issy-les-Moulineaux », ce jeudi, pour « se faire entendre ».

Ils ont envahi un des étages du siège où se déroulaient des négociations avec les délégués syndicaux sur la restructuration des centres d’appels, puis sont redescendus dans le hall du bâtiment, où la DRH est venue les rencontrer, a expliqué le syndicaliste.

Selon M. Janeau, sur certains points, « les négociations ont un peu plus avancé, mais on est encore loin du compte », notamment sur les questions des indemnités de licenciement et des reclassements, la plupart des postes proposés ne correspondant pas aux profils des employés du site de Saint-Denis.

Interrogé par l’AFP, le groupe ne s’est pas exprimé dans l’immédiat.

Canal+, qui subit des pertes d’abonnés depuis 2012 et, notamment, l’arrivée de son concurrent BeIN Sports, s’est engagée dans un vaste plan d’économies.

Vivendi avait annoncé en août que le nombre d’abonnés directs à la chaîne cryptée en France était passé sous la barre des 5 millions à la fin juin, contre 5,5 millions un an plus tôt, même si des accords avec les opérateurs de télécoms ont permis de compenser cette baisse.

fpo/tsz/fmi/pb