Carrefour: des hypermarchés bloqués contre la location gérance

PARIS, 4 avril 2019 (AFP) – « Non à la location gérance »: trois hypermarchés Carrefour appelés à changer de statut étaient bloqués jeudi à l’appel de FO, qui demande à la direction du géant de la grande distribution de « revenir sur ses projets ».

Le syndicat, majoritaire dans le groupe, appelait à la mobilisation dans les hypermarchés qui doivent passer en location gérance d’ici fin juin, pour dénoncer ce nouveau mode de gestion.

Après cinq l’an dernier, Carrefour a annoncé en début d’année le passage en location gérance d’une dizaine d’hypermarchés supplémentaires en 2019, dont cinq d’ici la fin du premier semestre.

Parmi ceux-ci, trois – Sens, Chalon et la Roche-sur-Yon – étaient bloqués jeudi matin par environ à chaque fois « 200 à 250 » personnes, salariés en grève et représentants syndicaux, selon Michel Enguelz (FO). Les clients ne peuvent y accéder.

A Paimpol (Côtes-d’Armor), les militants font du tractage, a-t-il ajouté. L’établissement de Mont-de-Marsan, cinquième concerné par l’échéance de juin, n’était pas mobilisé.

« Demain, à qui le tour??? », se demande le syndicat dans un tract. FO « exige que Carrefour revienne sur cette stratégie inacceptable et qu’une indispensable alternative à ce modèle » soit « mise en place ».

« Il faut aller vite », car « plus le temps avance, plus ce sera difficile de faire marche arrière », a insisté M. Enguelz. « On veut trouver une autre solution » et maintenir « les salariés, les établissements dans le groupe », a-t-il ajouté.

La location gérance est « un vrai levier d’amélioration de la rentabilité », a souligné de son côté la direction, interrogée par l’AFP. Carrefour met aussi en avant le fait qu’il n’y a « pas de fermeture » de magasin, et donc « le maintien des emplois », les salariés étant transférés.

Un accord a été signé sur « des garanties sociales », a aussi rappelé la direction.

La CFDT, qui dénonce une « avance à marche forcée » de Carrefour dans son plan de transformation et un « manque de transparence », a assigné récemment le groupe en justice pour non-respect d’un des termes de cet accord, qui prévoit l’information préalable d’une instance de dialogue avant le passage en location gérance de magasins.

sp/bow/mcj