Chômage: publication mercredi des derniers chiffres de Pôle emploi pour 2015

PARIS, 25 janvier 2016 (AFP) – Le gouvernement publiera mercredi le nombre de demandeurs d’emploi à fin décembre, dernière statistique de 2015 qui sera plus que jamais sous le feu des projecteurs après l’annonce du plan d’urgence de François Hollande pour tenter d’inverser enfin la courbe du chômage.

Le plan Hollande est le « dernier coup de rein » du gouvernement pour stopper la hausse du chômage, selon le ministre des Finances, Michel Sapin. A plus long terme, l’exécutif table aussi sur la réforme du Code du travail et les assouplissements des 35 heures pour favoriser la compétitivité des entreprises, et donc l’emploi.

Lundi, Manuel Valls a fermé la porte à l’abandon de la majoration des heures supplémentaires réclamée par son ministre de l’Economie Emmanuel Macron, en indiquant que la durée légale du travail figurerait dans les grands principes du futur « préambule » du Code du travail.

En novembre, le nombre d’inscrits à Pôle emploi sans aucune activité (catégorie A) avait légèrement diminué (-15.000, soit un recul de 0,4%) et atteint 3,57 millions en France métropolitaine: un petit répit pour le gouvernement après les très mauvais chiffres du mois d’octobre, au cours duquel 42.000 chômeurs étaient venus grossir les rangs des agences de l’opérateur public.

Le « yoyo » va-t-il continuer ou le chômage connaîtra-t-il deux mois de baisse consécutifs – ce qui serait une série inédite depuis fin 2010? Difficile d’anticiper, tant ces chiffres sont volatils. Et les variations mensuelles d’autant plus fortes que les créations d’emplois sont pour beaucoup des contrats courts (CDD ou intérim) à l’issue desquels des personnes inscrites en catégorie B et C (activité réduite) retournent en catégorie A.

Au-delà des fluctuations mensuelles, la ministre du Travail, Myriam El Khomri, avait souligné, en commentant les chiffres de novembre, une « tendance favorable », avec une stabilisation au cours des trois derniers mois (+0,1% ).

Ce début de stabilisation montre, selon les économistes, que 2015 est une « année de transition » avant une baisse espérée en 2016, du fait du retour de la croissance: « Je pense que la courbe du chômage s’inversera en 2016 », a affirmé la ministre.

– L’assurance chômage sous pression –

Mais comment faire pour que la croissance bénéficie aux chômeurs les moins qualifiés, deux millions de demandeurs d’emploi n’ayant pas leur bac, et 680.00 ayant un niveau inférieur au CAP? C’est tout l’objectif affiché par le plan massif de formation annoncé le 18 janvier par le chef de l’État .

L’emploi est « la seule question qui vaille au-delà de la sécurité des Français », a estimé François Hollande, qui a fait à plusieurs reprises de la baisse du chômage la condition d’une nouvelle candidature.

L’État dégagera un milliard d’euros pour former 500.000 chômeurs supplémentaires en 2016, soit un doublement par rapport à 2015. Actuellement, la France ne forme qu’un chômeur sur dix, contre deux sur dix en Allemagne, trois sur dix en Norvège, quatre sur dix en Autriche.

Si la formation de 500.000 chômeurs fait consensus sur le fond, la mise en oeuvre du plan et son efficacité font douter. Certains soupçonnent par ailleurs l’exécutif d’un « traitement statistique du chômage » pour faire baisser artificiellement la courbe: les demandeurs d’emploi sans aucune activité basculent en effet en catégorie D de Pôle emploi lorsqu’ils entrent en formation, sortant ainsi des catégories A, B et C qui sont les plus commentées.

Le plan Hollande – deux milliards d’euros au total – prévoit en outre une nouvelle aide à l’embauche de 2.000 euros par an pour les entreprises de moins de 250 salariés, mesure qui pourrait créer 50.000 emplois selon la ministre du Travail.

Le président de la République a également appelé les partenaires sociaux qui doivent renégocier la convention de l’assurance chômage dans les prochaines semaines à « revoir un certain nombre de règles et réorienter les financements » pour favoriser le « retour à l’emploi », sans plus de précisions. Il a simplement souligné qu’en France, la durée d’indemnisation des demandeurs d’emploi était « la plus longue d’Europe ».

juc/bow/cam