Compte personnel d’activité: Solidaires et Unsa émettent des réserves

PARIS, 12 janvier 2017 (AFP) – Le compte personnel d’activité (CPA), lancé officiellement jeudi par le gouvernement, va mettre de côté « les personnes les plus en difficulté », estime Solidaires, et devrait intégrer le compte épargne temps, a de son côté proposé l’Unsa.

Solidaires reconnait dans un communiqué que ce nouveau dispositif « amène quelques droits supplémentaires pour les non-salarié-es et pour les jeunes en difficulté ».

Mais il constitue « un accompagnement de changements majeurs » qui inquiètent l’organisation syndicale, notamment le développement du service civique, « qui n’est pas un contrat et est aujourd’hui utilisé dans certains services publics et associations en lieu et place de postes véritablement manquants ».

En outre, Solidaires estime que le CPA « va mettre de côté les personnes les plus en difficulté ». « A ce jour, seulement 13% de la population active ont ouvert un Compte Personnel de Formation, point d’entrée du CPA », note l’union syndicale.

Favorable au lancement du CPA, l’Unsa estime qu’il doit « rapidement s’enrichir de nouveaux droits, comme le compte épargne temps par exemple, afin d’être un outil personnel dynamique et facilitateur dans le contexte des parcours de vie ».

L’intégration du compte épargne temps dans le CPA est également une demande de longue date de la CFDT.

Le CPA regroupe deux comptes existants – le compte personnel de formation (CPF) et le compte personnel de prévention de la pénibilité – et un nouveau compte, celui d’engagement citoyen (CEC), qui récompense les responsables associatifs bénévoles, maîtres d’apprentissage, jeunes en service civique avec des heures de formation supplémentaires.

bow/shu/cj