Compte personnel d’activité: un « raté total », selon Génération précaire

PARIS, 18 février 2016 (AFP) – Le collectif Génération précaire, qui défend notamment les stagiaires, a fait part jeudi de sa « déception » sur la création du compte personnel d’activité au sein du projet de loi El Khomri, déplorant un « raté total » qui n’apporte « presque rien » aux jeunes précaires.

Le CPA tel qu’il est prévu dans le projet de loi sur le droit du travail « n’est en rien une révolution sociale, mais une simple mesure à la marge, un raté total, une peau de chagrin », a déclaré à l’AFP Patrick, membre de ce collectif parlant sous couvert d’un nom modifié.

« C’est décevant que ce qui est censé être la grande réforme sociale du quinquennat soit si minime dans son contenu », avec le seul regroupement du compte personnel de formation et du compte pénibilité, a-t-il ajouté.

Génération précaire avait été consulté par l’organisme France Stratégie en vue de son rapport sur le CPA, remis au Premier ministre en octobre. « Entre ce que proposait le rapport, qui était ambitieux, et ce qui est proposé dans le projet de loi, le gap est énorme », regrette Patrick.

Le collectif avait notamment plaidé pour une « universalité » du CPA, « ouvert à tous dès 16 ans avec le même capital point pour tous les jeunes au départ, or le texte crée encore une inégalité de droits pour ceux qui démarrent dans la vie active ».

Il proposait aussi un barème de points qui pouvaient s’acquérir via l’engagement bénévole, le stage, le service civique, l’auto-entrepreunariat, etc. « Mais la seule chose que prévoit la loi, c’est l’octroi de 20 heures supplémentaires pour le service civique: c’est presque rien », selon le collectif.

« Pour le Medef, qui ne voulait pas du CPA, l’objectif est réussi. Mais il ne l’est pas pour des millions de jeunes qui sont étudiants, stagiaires, décrocheurs, font des jobs alimentaires ou sont en service civique », a-t-il conclu, espérant des concertations ultérieures en vue d’un CPA « plus ambitieux » .

juc/cel/bir