Conflit interne à la CFDT: le TGI de Créteil incompétent

PARIS, 18 janvier 2016 (AFP) – Le tribunal de grande instance de Créteil s’est déclaré lundi incompétent au profit de celui de Paris dans le différend opposant la CFDT à son syndicat du commerce francilien, le SCID, mis sous tutelle depuis février 2015 et qui a parallèlement décidé de se désaffilier.

Le TGI a estimé que les administrateurs désignés pour assurer la tutelle du SCID devaient être assignés à Paris, où se trouvent le siège du syndicat et celui de la confédération, a expliqué à l’AFP l’avocate du SCID, Me Dahbia Mesbahi.

Les responsables du SCID contestent la mise sous tutelle du syndicat, y voyant la « mainmise politique » de la confédération. En filigrane de ce dossier, déjà lourd de plusieurs procédures judiciaires, le positionnement du SCID contre les ouvertures dominicales des commerces, au sein du très actif Clic-P qui mène bataille à Paris, à l’inverse de la centrale de Laurent Berger.

A l’audience, le 7 décembre, Me Mesbahi avait fait valoir que le « pouvoir disciplinaire » de la confédération s’exerçait « vis-à-vis des unions régionales et des fédérations » mais pas des syndicats.

La confédération doit « d’ailleurs partager mes interrogations », avait-elle observé, puisqu' »elle vient de modifier », en octobre, l’article de son règlement intérieur consacré à la solution des conflits

La CFDT reproche aux responsables du SCID des « errements » dans la « gestion du syndicat ». Elle leur fait aussi grief de leur volonté de « fonctionner en totale autonomie ».

Dans un communiqué, le SCID indique qu’il poursuivra son combat judiciaire afin d’obtenir une décision au fond dans ce dossier. Il compte aussi « demander réparation » pour la « confiscation » de ses bureaux, de documents comptables, le blocage de ses comptes bancaires ou la fermeture de son site internet.

Parallèlement, les adhérents du SCID ont voté lundi, « à une large majorité, pour la désaffiliation du syndicat de la CFDT lors d’un congrès extraordinaire ». « On a décidé de quitter la CFDT pour pouvoir fonctionner », a expliqué à l’AFP un des responsables du syndicat, qui a ajouté: « ce n’est plus la CFDT à laquelle on a adhéré il y a quelques années ».

Dans son communiqué, le SCID indique vouloir continuer « (son) combat en faveur de l’emploi, du pouvoir d’achat et des conditions de travail des salariés du commerce ».

Le SCID accuse la CFDT de « concurrence déloyale » avec la « création d’un « mystérieux syndicat » en décembre 2014.

sp/db/cam