Conforama: « ni confirmation ni infirmation » d’un projet de cession et de fermeture (syndicats)

PARIS, 6 mars 2019 (AFP) – La direction de Conforama n’a ni confirmé ni infirmé mardi aux syndicats des informations de presse faisant état, au conditionnel, d’un projet de cession de l’enseigne par son propriétaire, le groupe sud-africain Steinhoff, doublé d’un plan de restructuration, a-t-on appris mercredi de sources syndicales.

Les syndicats avaient demandé une rencontre avec la direction de l’enseigne d’ameublement après ces informations sorties dans la presse la semaine dernière, évoquant un projet de cession et de fermeture de dizaines de magasins, avec à la clé la suppression de milliers de postes.

Conforama exploite 315 magasins, dont 224 en France où l’enseigne compte plus de 9.000 salariés.

Lors de cette rencontre, qui a duré jusque tard mardi soir, les syndicats n’ont obtenu « ni confirmation ni infirmation » des projets évoqués dans la presse, a indiqué à l’AFP Aziz Boucherit (CGT). La direction a assuré « qu’à date il n’y avait aucun projet de fermeture de magasins, ni aucun projet de suppressions de postes », a relaté de son côté Eric Sabetaï (CFDT), mais elle a été « très claire », a-t-il insisté, « c’est +à date+ ».

« A date c’était hier (mardi), aujourd’hui ce n’est plus la même vérité », a abondé un autre représentant CFDT.

Selon M. Sabetaï, les dirigeants de Conforama présents – notamment son Pdg Alexandre Nodale et le directeur général Frank Deshayes – n’ont « pas commenté » les informations concernant une cession de l’enseigne par le groupe Steinhoff, englué depuis plus d’un an dans un scandale financier lié à des irrégularités comptables.

« Le maître mot des dirigeants de l’entreprise, c’est +no comment+ », a raillé le représentant CGT. « On continue à croire que quelque chose se prépare, mais que ce n’est pas encore finalisé », a ajouté M. Boucherit, qui craint d’être « mis devant le fait accompli ». Il a souligné que « ceux aux manettes, ce sont les créanciers du groupe Steinhoff » et que s’il existe un projet pour Conforama, la décision sera « prise à ce niveau ».

La présence du Pdg de Conforama à la réunion de mardi « a donné de la crédibilité » au discours « rassurant » de la direction, a estimé pour sa part M. Sabetaï, mais pour « l’avenir, on ne sait pas », a-t-il dit.

CFDT comme CGT resteront « vigilantes », en attendant un comité central d’entreprise repoussé au mois d’avril.

sp/cel/cbn