Congé de deuil d’un enfant: Philippe appelle à « améliorer » le texte

PARIS, 4 février 2020 (AFP) – Le Premier ministre Édouard Philippe a convenu mardi devant les députés qu’il fallait « probablement » augmenter la durée du congé de deuil d’un enfant, cinq jours après le début d’une crise qui sème la zizanie en macronie.

« Faut-il étendre ce délai (de cinq jours)? Probablement », a répondu le chef du gouvernement, lors des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale. Il a appelé à « améliorer encore ce texte » et fait valoir son « humilité » sur la question.

« Est-ce qu’il est bon et nécessaire que la solidarité nationale et qu’un cadre législatif adapté viennent accompagner les parents qui sont confrontés à ce drame? Oui, évidemment oui. Est-ce que ce cadre est aujourd’hui satisfaisant? Il peut sans doute être amélioré », a poursuivi Édouard Philippe.

Le rejet par la majorité jeudi à l’Assemblée d’une proposition UDI-Agir qui visait à porter de cinq à douze jours ce congé, n’en finit pas de jeter le trouble.

Dans la matinée, le Premier ministre avait déjà reconnu « une part de responsabilité du gouvernement », selon des propos rapportés qu’il a tenus lors d’une réunion du groupe majoritaire à huis clos.

Lors des questions au gouvernement, Édouard Philippe a dit « assumer » au nom du gouvernement « l’erreur ou, plus exactement, le caractère difficilement compréhensible pour nos concitoyens de la position qui avait été formulée ».

« Ce qui a animé le gouvernement, ce n’était pas la mise en cause de ce qu’une amélioration législative était utile et nécessaire, bien sûr que non, ce n’était pas la mise en cause du dispositif particulier proposé, c’est l’idée que les éléments qui avaient été proposés ne semblaient pas prendre en compte un certain nombre de facteurs », a-t-il développé.

pab/jk/ng