Congé maternité: « probablement » des mesures dans le budget 2019 (Buzyn)

PARIS, 28 septembre 2017 (AFP) – La réforme du congé maternité, promise par Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle, nécessite du temps et fera « probablement » l’objet de mesures dans le projet de budget 2019 de la Sécurité sociale, a déclaré jeudi la ministre de la Santé et des Solidarités.

Interrogée lors d’une conférence de presse sur l’absence de mesures à ce sujet dans le projet de loi de financement de la Sécu pour 2018, Agnès Buzyn a souligné que « les situations sont extrêmement différentes les unes par rapport aux autres ».

« Il nous semble important d’avoir le temps d’y travailler avec les partenaires sociaux », a-t-elle ajouté. « Cela fera probablement l’objet de mesures pour le PLFSS 2019 ».

Emmanuel Macron avait promis pendant la campagne de créer « un congé de maternité unique garanti pour toutes les femmes quel que soit leur statut (salariée, entrepreneuse, intermittente, non-salariée, statut multiple, etc…), aligné sur le régime le plus avantageux », celui des salariées.

La secrétaire d’Etat en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, avait précisé lundi que cela se ferait « métier par métier » durant le quinquennat, en commençant par les agricultrices.

Interrogée sur les modifications annoncées en matière de prestations familiales, Mme Buzyn a défendu « un choix stratégique d’aide aux familles monoparentales et aux familles nombreuses ».

Plusieurs prestations destinées aux familles monoparentales ou nombreuses (complément libre choix de mode de garde, allocation de soutien familial et complément familial majoré) vont être revalorisées en 2018.

Mais parallèlement, les conditions de ressources et montants de l’allocation de base de la Prestation d’accueil du jeune enfant (Paje) seront alignés sur ceux, plus bas, du Complément familial, pour les enfants nés ou adoptés à partir du 1er juillet 2018.

Cette dernière mesure « était prévue dans la loi de financement de 2014 » pour harmoniser les plafonds et montants de deux allocations qui concernent, l’une les enfants de moins de trois ans, l’autre les enfants de plus de trois ans, a expliqué la ministre. « Nous le faisons cette année, cela permet de distribuer une somme non négligeable aux familles monoparentales ».

L’union nationale des associations familiales (Unaf) a pourtant estimé qu' »annoncer une mini mesure en faveur des plus fragiles pour passer sous silence des nouvelles mesures d’économies, beaucoup plus massives, qui pèseront sur les familles avec jeunes enfants, y com