Contrats aidés: la mobilisation s’amplifie en Martinique

FORT-DE-FRANCE, 22 septembre 2017 (AFP) – La mobilisation contre la suppression des emplois aidés s’amplifie en Martinique où les mairies de Fort-de-France, du Lamentin et de Rivière-Pilote devraient garder portes closes vendredi.

L’Association des maires de Martinique (AMM) envisage de nouvelles actions dès lundi prochain faute d’avoir obtenu satisfaction auprès du préfet de Martinique.

Jeudi à l’appel d’une intersyndicale, environ un millier de personnes ont convergé vers la préfecture de Martinique pour réclamer le maintien des emplois aidés dans le monde associatif, éducatif et dans les collectivités locales. Une délégation a été reçue par le préfet.

Le préfet a annoncé « un plan d’urgence pour le bon fonctionnement immédiat du service public de l’éducation », selon un communiqué de la préfecture.

Le plan prévoit des « affectations pour les contrats décidés mais non encore pourvus » et « une enveloppe de 700 contrats (…) pour les emplois aidés du secteur éducatif au profit des établissements scolaires, des collectivités locales et du monde associatif ».

En outre, « le plan 1.000 formations pour la Martinique, (…) pour les personnes qui finissent leur contrat aidé, sera mobilisé ».

Pour les partisans du maintien des emplois aidés, ces annonces sont insuffisantes et ils entendent poursuivre la mobilisation vendredi. L’intersyndicale a d’ores et déjà annoncé le blocage de l’accès des établissements scolaires.

jpl/dar