Coronavirus: « des effets négatifs » sur le remboursement du « trou de la Sécu »

PARIS, 2 avril 2020 (AFP) – L’épidémie de coronavirus « devrait avoir des effets négatifs » sur les prélèvements servant à rembourser le « trou de la Sécu », a prévenu jeudi la Caisse d’amortissement de la dette sociale (Cades).

« La crise sanitaire devrait avoir des effets négatifs sur le montant des ressources (en) 2020 », indique la Cades dans un communiqué.

Ses recettes proviennent pour l’essentiel de la contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS) et de la contribution sociale généralisée (CSG), dont le produit dépend de l’activité économique – fortement affectée par le confinement depuis la mi-mars.

En 2019, elle a ainsi récolté 18,3 milliards d’euros, une manne en hausse régulière depuis plusieurs années.

Mais cette année, « l’incertitude » est de mise en raison du coronavirus, dont les « impacts précis seront appréhendés au fur et à mesure ».

La Cades assure toutefois que « cette évolution (n’est pas) susceptible de remettre en cause sa mission d’amortir la dette sociale ».

Créée en 1996, cette caisse de défaisance a déjà remboursé les deux-tiers du « trou de la Sécu », soit 171,4 milliards d’euros – auxquels s’ajoutent quelque 57 milliards d’intérêts versés aux créanciers.

Elle doit encore payer 89,1 milliards d’ici 2024, mais l’épidémie de Covid-19 pourrait alourdir la facture, quitte à repousser la date-butoir.

Le gouvernement a ouvert la voie à ce scénario la semaine dernière, en autorisant la Sécu à emprunter jusqu’à 70 milliards cette année et en prévoyant de « mobiliser » la Cades « à moyen terme » pour réduire cette dette.

gbh/cel/pb