Coronavirus: la prime de 1.000 euros possible sans accord d’intéressement dans les petites entreprises

PARIS, 24 mars 2020 (AFP) – La prime de 1.000 euros défiscalisée que les entreprises peuvent verser à leurs salariés mobilisés pendant la crise sanitaire du coronavirus ne sera plus soumise à un accord d’intéressement dans les entreprises de moins de 250 salariés, a annoncé mardi le ministre de l’Economie Bruno Le Maire.

« Nous levons l’obligation d’accord d’intéressement », a annoncé le ministre sur France info, estimant qu’il n’y avait donc « plus aucune condition » pour le versement de cette prime défiscalisée.

Le levée de cette obligation concerne les entreprises de moins de 250 salariés, a-t-il précisé sur son compte Twitter.

Plusieurs grandes enseignes de la distribution ont notamment annoncé leur décision de verser une telle prime pour leurs salariés en première ligne pour assurer le maintien de la fourniture alimentaire durant cette période de confinement de la population.

Le ministre de l’Economie avait appelé vendredi dernier les entreprises à verser cette prime notamment aux salariés qui « ont eu le courage de se rendre sur leur lieu de travail » dans le contexte de l’épidémie de nouveau coronavirus.

Cette possibilité de prime, créée à la suite de la crise des « gilets jaunes » de l’hiver 2018-2019, avait été reconduite en 2020 mais uniquement pour les entreprises ayant conclu un accord d’intéressement avec leurs salariés. La signature de ce type d’accord a également été simplifiée pour encourager les PME à s’en saisir.

mhc/vac/spi