Coronavirus: les dirigeants de Michelin abaissent leur rémunération

PARIS, 3 avril 2020 (AFP) – Les dirigeants du manufacturier français de pneumatiques Michelin ont annoncé vendredi qu’ils abaissaient leur rémunération pour être solidaires avec leurs salariés touchés par des mesures de chômage partiel à cause de l’épidémie de coronavirus.

« En manifestation de solidarité avec toute la communauté des salariés, les gérants, le comité exécutif et le conseil de surveillance du groupe Michelin revoient à la baisse leur rémunération », a annoncé le groupe dans un communiqué.

Cette décision survient après des mesures similaires prises par l’équipementier automobile Plastic Omnium et le groupe de restauration collective Sodexo.

Florent Menegaux et Yves Chapot, gérants du groupe Michelin, « ont choisi de diminuer d’environ 25% leur rémunération pour les mois d’avril et de mai », a détaillé Michelin. Pour les membres du comité exécutif, la baisse décidée est d’environ 10% durant la même période.

« Cette baisse sera reconduite aussi longtemps que des salariés du groupe se trouveront en situation d’activité partielle au motif de la crise sanitaire du Covid 19 », a précisé l’entreprise.

MM. Menegaux et Chapot « ont également exprimé la volonté de renoncer à une partie de leur rémunération variable 2019 versée en 2020, une fois que celle-ci aura été soumise au vote des actionnaires lors de l’assemblée générale qui se tiendra à huis clos le 23 juin ».

En outre, le président du conseil de surveillance du groupe Michelin, Michel Rollier, et ses membres indépendants « s’associent à cet effort en faisant don de 25% du montant de leurs jetons de présence reçus en 2020 à des fondations de leurs pays respectifs ayant pour objet la lutte contre le Covid-19 ».

Après avoir stoppé la quasi-totalité de sa production, Michelin avait annoncé jeudi redémarrer graduellement trois de ses usines françaises, après avoir mis en place des protocoles sanitaires renforcés contre le coronavirus, une décision critiquée par des syndicats de salariés.

La direction de Plastic Omnium, dont les usines sont arrêtées, avait annoncé dès le 24 mars qu’elle abaissait sa rémunération pour « contribuer à l’effort du groupe (…) pendant le temps d’arrêt de l’activité ».

Les dirigeants de Sodexo, numéro deux mondial de la restauration collective, ont annoncé jeudi renoncer à une part de leur rémunération pour financer un fonds d’aide de 30 millions d’euros destiné aux employés ayant perdu leur emploi.

aro/ak/LyS