Covid-19 : CFDT et FO veulent un élargissement de la reconnaissance en maladie professionnelle

PARIS, 23 avril 2020 (AFP) – Le Covid-19 doit être reconnu comme maladie professionnelle pour tous les travailleurs concernés, et pas seulement pour les personnels soignants, comme l’a annoncé cette semaine le ministre de la Santé, ont insisté la CFDT et Force ouvrière jeudi dans des communiqués séparés.

Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé mardi que la pathologie due au nouveau coronavirus serait reconnue de façon « automatique » comme maladie professionnelle pour le soignants, mais pas pour les autres catégories de travailleurs, qui devront se soumettre aux procédures classiques

« Le dispositif prévu semble (…) oublier les autres personnels des établissements de santé du social et médico-social et tous les travailleurs des autres secteurs d’activité qui se trouvent exposés », souligne la CFDT.

Le syndicat refuse « une approche en silo, qui distingue les travailleurs selon leur appartenance à des corps de métiers ou à un secteur d’activité ». Il réclame « que soient pris en compte les risques d’exposition professionnelle au Covid-19 et leurs conséquences sur la santé de manière homogène ».

« Quid du laborantin, du brancardier, du travailleur des services funéraires ? Ils sont bien en contact avec les malades ou exposés au risque. Quid des employés du commerce, des policiers, des personnels de sécurité ou des personnels de nettoyage ? Ils sont au contact au quotidien avec la population. Tous sont potentiellement concernés », relève la CFDT.

La centrale syndicale propose que « quels que soient son secteur d’activité et son métier, le travailleur qui aura été exposé et contaminé et qui subira une atteinte durable à sa santé due au Covid-19, aujourd’hui ou demain, devra bénéficier d’une reconnaissance de cette exposition sans avoir à en apporter la preuve ».

Force ouvrière va dans le même sens, défendant cet élargissement comme « une mesure de justice sociale ».

« Les efforts consentis ne peuvent être récompensés par de simples remerciements », ajoute FO, qui cite notamment les secteurs de la distribution et de la logistique, les éboueurs, les travailleurs sociaux, les postiers ou les personnels de sécurité.

Se tourner vers des procédures classiques, comme l’a proposé M. Véran, « reste, dans les faits, quasi impossible tant cette voie relève du parcours du combattant pour tous les travailleurs », rappelle FO.

La reconnaissance d’une maladie professionnelle permet une prise en charge à 100% des frais médicaux mais permet aussi de recevoir une indemnité en cas d’incapacité temporaire ou permanente. En cas de décès, les ayants droit peuvent également percevoir une rente.

bow/lum/ bma