Covid-19: la CFE-CGC demande un élargissement de la reconnaissance en maladie professionnelle

PARIS, 30 avril 2020 (AFP) – Après la CFDT et FO la semaine dernière, la CFE-CGC a demandé à son tour jeudi que le Covid-19 soit être reconnu comme maladie professionnelle pour tous les travailleurs concernés, et pas seulement pour les soignants.

Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé le 21 avril que la pathologie due au nouveau coronavirus serait reconnue de façon « automatique » comme maladie professionnelle pour les soignants mais pas pour les autres catégories de travailleurs, qui devront se soumettre aux procédures classiques.

La CFE-CGC « salue cette annonce qui ouvre une juste protection pour ces derniers exposés chaque jour au risque d’être contaminés par le virus ».

« Cette approche est toutefois très réductrice au regard de la réalité sur le terrain à savoir la présence à leur côté d’autres agents et contractuels des trois versants de la fonction publique, ainsi que des salariés de secteur privé exposés de la même manière au virus et de façon directe, certaine et régulière », écrit la confédération des cadres dans un communiqué, avant une réunion sur le déconfinement, prévue dans l’après-midi entre Edouard Philippe et les partenaires sociaux.

Elle cite des personnels de nettoyage en milieu hospitalier ou privé, des salariés du secteur funéraire, des ambulanciers, des assistants de vie…: « rien ne justifie qu’ils soient oubliés par l’Etat dans l’ordonnance attendue sur ce sujet ».

La confédération demande donc « que l’ordonnance, évoquée par le ministre, étende le caractère irréfragable de la maladie professionnelle Covid 19 aux non-soignants exposés dans les mêmes conditions ». Elle réclame aussi « la prise en compte de la situation particulière des salariés et agents de la fonction publique qui rendent possible la continuité des activités indispensables au fonctionnement de notre pays et qui sont au contact de la population, potentiellement contaminée ».

bow/lum/shu