Daimler envisage de supprimer 1.100 postes de cadres (presse)

FRANCFORT, 8 novembre 2019 (AFP) – Le constructeur automobile allemand Daimler, qui travaille d’arrache-pied à un vaste plan d’économies, veut supprimer 1.100 postes d’encadrement dans le monde, indique vendredi la presse allemande.

En Allemagne, environ un cadre sur dix sera affecté par les suppressions de postes envisagées, et le personnel est prié de renoncer l’an prochain à des augmentations de salaires, rapporte le quotidien Süddeutsche Zeitung qui s’appuie sur un courriel interne diffusé par le président du comité d’entreprise du groupe Daimler, Michael Brecht.

« Vous ne devez pas passer à la caisse en raison de litiges juridiques ou de problèmes de qualité avec les fournisseurs! », écrit M. Brecht aux salariés du groupe où il conteste avec vigueur les projets du nouveau patron du groupe, Ola Källenius.

Contacté, Daimler indique « ne pas commenter les spéculations du comité d’entreprise » dans un communiqué transmis à l’AFP.

Le groupe ajoute être en « dialogue constructif avec les représentants du personnel » et renvoie aux détails de ses « programmes d’efficacité » et à ses « priorités stratégiques à long terme » qui seront présentés jeudi à Londres puis vendredi à New-York lors de journées successives avec les investisseurs.

Interrogé par la Süddeutsche Zeitung, le président du comité d’entreprise évoque un climat d' »extrême insécurité, parfois de colère » qui règne parmi les employés et oppose une fin de non-recevoir « catégorique » à l’idée de renoncer aux augmentations de salaire garanties par la convention collective.

Le groupe, qui fabrique la luxueuse limousine Classe S, la citadine Smart et les camions Mercedes, a bouclé la période de juillet à septembre par un bénéfice net en légère hausse sur un an, repassant dans le vert après la première perte en 10 ans au trimestre précédent, sur fond de marché automobile en proie à des défis économiques et politiques majeurs.

Ce contexte l’a contraint à travailler à de nouvelles économies en visant toutes ses divisions, a prévenu fin octobre le directeur financier Harald Wilhelm, tout en restant évasif sur l’ampleur des mesures à venir.

jpl/cfe/nas