Dans l’Essonne, les salariés d’Amazon ravis de la reprise

BRÉTIGNY-SUR-ORGE, 19 mai 2020 (AFP) – Jour de reprise chez Amazon: à Brétigny-sur-Orge, dans l’Essonne, l’entrepôt du géant américain a rouvert mardi, après un mois d’arrêt et un accord avec les partenaires sociaux visant à accueillir en toute sécurité ses salariés, « rassurés » par les mesures et ravis de retourner au travail.

« Retrouver les collègues, les amis, ça fait du bien », s’exclame un salarié tout sourire, mais qui ne souhaite pas donner son identité. A 13h00 ce mardi, c’est l’heure de l’embauche pour celles et ceux qui travaillent l’après-midi et qui arrivent à pied sous le soleil, ou en voiture. « Rester à la maison pendant tout ce temps, ce n’était pas facile ».

Le 16 avril, l’entreprise qui emploie 11.000 personnes en France, avait décidé de fermer ses six entrepôts en France – en continuant les livraisons depuis ses plateformes à l’étranger et certains sites français non concernés par l’injonction – après des décisions de justice lui enjoignant de procéder à une évaluation des risques liés au coronavirus avec les représentants du personnel.

La justice pointait des manquements de sécurité, notamment dans les vestiaires ou aux portiques d’entrée et surtout demandait à Amazon de consulter les représentants du personnel et non d’imposer unilatéralement des mesures.

Vendredi, les organisations syndicales CFDT, CGT, FO et SUD ont finalement annoncé un accord « sur les conditions de reprise de l’activité des six entrepôts implantés sur notre territoire, à partir du 19 mai ».

A Brétigny, les salariés volontaires ont pu découvrir leur nouvelle routine dès lundi, à l’occasion d’une journée de formation. « Il y a un peu plus d’informations sur le Covid, et puis on a changé tout le parcours », décrit une autre salariée sur le chemin de l’entrepôt. « C’est un peu plus long d’aller sur son poste de travail, mais c’est plus sécurisé », explique-t-elle, se disant « rassurée » par ces mesures.

– Reprise « sur trois semaines » –

La communication de l’entreprise explique que cette ouverture s’effectue « avec un socle de mesures déjà en place auparavant, auquel on a pu apporter quelques modifications, mais les fondamentaux restent les mêmes ». Le directeur général d’Amazon France, Frédéric Duval, avait expliqué dans la matinée sur France Info que la reprise de l’activité à 100% s’effectuerait « sur trois semaines », les salariés revenant travailler « sur la base du volontariat ».

« La reprise se fera en deux temps sur la base du volontariat, avec au maximum 50%, puis 80% du personnel, intérimaires compris, d’ici au 2 juin prochain, l’ensemble du personnel continuant à être payé à 100% par l’entreprise d’ici cette date », précise mardi l’Union syndicale Solidaires dans un communiqué.

Le gouvernement français avait refusé de prendre en charge les salaires au titre du chômage partiel car la situation ne résultait pas selon lui de la crise du Covid-19, mais d’une injonction de justice.

« Par rapport à avant la fermeture, il y a bien la moitié de personnes en moins, donc il n’y a pas de souci » pour respecter les mesures de distanciation, décrit mardi Yannick, musculature impressionnante et grand sourire, à la sortie de sa journée.

Pour la suite, « si les gens respectent vraiment la distanciation, il n’y aura pas de problème, après c’est la culture de chacun, si les gens respectent ou non. Mais ils ont mis les bonnes choses en place ».

ls-jdy-cda/tq/eb