De plus en plus de Français pour une limitation des allocations familiales (sondage)

PARIS, 16 février 2016 (AFP) – Une proportion croissante de Français pensent que les allocations familiales devraient être réservées à ceux qui ne peuvent pas s’en sortir seuls, selon le baromètre d’opinion 2015 de la Drees.

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les allocations familiales sont « universelles », c’est-à-dire versées à tous les ménages à partir de deux enfants. Depuis juillet 2015, leur montant est cependant modulé en fonction des revenus.

Selon ce sondage réalisé pour le service statistique des ministères sociaux et de Bercy, 42% des personnes interrogées disent qu’elles doivent rester universelles (-7 points en un an) alors qu’elles étaient plus de 60% à le penser entre 2004 et 2010.

Un total de 40% (+13 points) disent qu’elles ne doivent bénéficier qu’à « ceux qui ne peuvent pas ou n’ont pas les moyens de s’en sortir seuls » et 18% (-8 points) qu’à « ceux qui cotisent ».

A l’inverse, pour la première fois depuis 2010, le soutien à des prestations sociales universelles se renforce.

Plus des trois quarts des sondés (76%) pensent ainsi que l’assurance maladie doit bénéficier à tous (+7 points sur un an) et non pas uniquement à ceux qui cotisent (17%) ou à ceux qui ne peuvent pas s’en sortir seuls (7%).

En matière de retraite, le principe d’universalité est soutenu par 56% des sondés (+6 points), tandis que 40% (-5 points) pensent que les prestations devraient bénéficier uniquement à ceux qui cotisent.

Concernant les allocations chômage, 38% pensent qu’elles doivent bénéficier à tous (stable), 46% qu’elles doivent être réservées à « ceux qui cotisent » (-4 points) et 16% uniquement à ceux qui ne peuvent pas s’en sortir seuls (+4 points).

Parmi les autres enseignements de l’étude, les Français restent « dans leur grande majorité » satisfaits du système de santé (88% satisfaits de la qualité des soins prodigués par les médecins généralistes, 73% par les hôpitaux publics). Mais 62% jugent trop élevées les dépenses de santé restant à leur charge.

91% jugent que la pauvreté et l’exclusion ont plutôt augmenté ces cinq dernières années, 76% que la société est plutôt injuste et 81% que les inégalités ont plutôt augmenté.

Plus de quatre Français sur dix (43%) jugent que leur situation est moins bonne que celle de leurs parents, 44% qu’il existe un risque de chômage pour eux-mêmes ou leurs proches dans les mois à venir, et 38% un risque de pauvreté.

Sondage réalisé par BVA pour la Drees, entre octobre et décembre 2015, auprès d’un échantillon de 3.023 personnes (méthode des quotas).

paj/cel/kp