Déchets: pas besoin de protections spécifiques pour les employés (Borne)

PARIS, 2 avril 2020 (AFP) – Il n’est pas nécessaire de fournir les éboueurs en protections spécifiques face au Covid-19 au-delà des gestes de prudence en vigueur, a estimé jeudi la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne, évoquant au passage une chute de la collecte des ordures.

« Il n’y a pas besoin d’avoir des équipements de protection particuliers » en matière de collecte des ordures ménagères, a déclaré Mme Borne lors d’une audition dématérialisée au Sénat.

La ministre se réfère à un avis du Haut Conseil de la Santé publique, sollicité sur ce point par le gouvernement. Selon lui, les gestes « barrières », demandés à l’ensemble des Français, sont suffisants, comme le fait de maintenir une distance d’un mètre entre deux personnes.

Ce sont « les bons gestes, y compris pour les salariés qui interviennent dans la collecte et le tri des déchets », a insisté Mme Borne.

De fait, elle a remarqué que les entreprises du secteur avait réorganisé le travail de manière, par exemple, à ce qu’il n’y ait pas plus de deux personnes à la fois dans la cabine d’un camion d’éboueurs.

La ministre a également rappelé qu’en temps normal, il était déjà imposé à certains employés du secteur de porter des masques et que ces obligations restaient en vigueur, conduisant même le gouvernement à puiser dans un stock stratégique face aux difficultés d’approvisionnement.

« Nous nous assurons qu’ils continuent à en avoir », a-t-elle déclaré.

Plus largement, Mme Borne a fait un point sur l’activité du secteur du tri et de la collecte des déchets, tous secteurs confondus entre ordures ménagères et industrielles.

« Le flux des déchets est en forte baisse (…) de l’ordre de 50% » tous confondus, a-t-elle résumé.

jdy/jld/LyS