Dépendance: les salariés des maisons de retraite envisagent une nouvelle grève

PARIS, 20 décembre 2018 (AFP) – Les personnels des maisons de retraite, qui s’étaient largement mobilisés en début d’année pour demander notamment des effectifs supplémentaires, ont menacé jeudi d’observer une nouvelle grève début 2019 si le gouvernement n’apporte pas de « réponse à court terme » à leurs revendications.

« Nous attendons des mesures d’urgence », car depuis les mobilisations de janvier et mars 2018, « rien n’a changé sur le terrain, les personnels sont en grande souffrance et les résidents en pâtissent », a résumé lors d’une conférence de presse, au nom de l’intersyndicale du secteur, Karine Halgrain (Unsa Santé).

« Nous nous réunirons de nouveau aux alentours du 30 janvier, date anniversaire de notre première grande mobilisation. Si d’ici là nous n’avons pas de réponse tangible, nous irons très probablement vers une nouvelle grève », a ajouté Luc Delrue, de FO Santé.

En janvier et mars dernier, des milliers de personnes se disant « à bout » avaient manifesté pour dénoncer la « maltraitance institutionnelle » des personnes âgées et réclamer des moyens.

En réponse à cette mobilisation, la ministre de la Santé et des Solidarités, Agnès Buzyn, avait annoncé une série de mesures, dont le renforcement de la présence d’infirmières la nuit dans les Ehpad, la généralisation de la télémédecine et des actions de prévention pour améliorer la qualité de vie au travail.

Le gouvernement avait également débloqué 50 millions d’euros en 2018 pour les Ehpad en difficulté, « des gouttes d’eau » selon les représentants des personnels.

Les syndicats ont sollicité un rendez-vous auprès d’Emmanuel Macron, mais l’Elysée leur a répondu fin novembre en les invitant à déposer leurs propositions dans le cadre de la « concertation nationale » sur la dépendance, lancée par le gouvernement en octobre, en vue d’une loi en 2019.

Cette concertation a pour but de dessiner des perspectives « à l’horizon 2045, mais nous, nous avons besoin de mesures immédiates », a commenté Romain Gizolme, de l’association des directeurs de maisons de retraite et de services à domicile (AD-PA).

L’intersyndicale demande notamment un doublement du nombre de salariés dans les Ehpad, ce qui se traduirait par un peu plus de 300.000 embauches, pour un coût de 10 milliards d’euros par an.

Cette somme correspond à peu près à celle que le gouvernement vient de débloquer pour répondre à la crise des « gilets jaunes », a observé M. Gizolme. « Cela montre que de telles sommes peuvent être débloquées rapidement », a-t-il commenté.

ab/cel/cam