Des mouvements épars de contestation sociale à deux jours de la mobilisation « nationale »

PARIS, 12 juin 2016 (AFP) – Les mouvements sociaux se sont poursuivis ce week-end, d’Air France à la SNCF, en passant par le ramassage des ordures. Le point sur la situation dimanche, à deux jours de la mobilisation nationale à Paris contre la loi travail.

Air France

Pour dimanche, Air France annonçait le maintien de 77% de ses vols, soit: 83% des vols long-courriers au départ de Paris, 86% des vols intérieurs et 67% des vols moyen-courriers en partance et à l’arrivée de Roissy CDG.

Le tout, selon la direction, avec une ponctualité conforme au niveau habituel: 82% des vols décollant entre l’heure prévue et plus 15 minutes.

Lundi, la compagnie tricolore prévoit d’assurer 80% de ses vols: « plus de 85% » des vols long-courriers et intérieurs et « plus de 70% » des vols moyen-courriers de et vers Roissy-Charles-de-Gaulle ».

Elle n’exclut pas des annulations et des retards de dernière minute.

La grève a été lancée samedi par les syndicats de pilotes SNPL, Spaf et Alter (non représentatif) qui s’opposent à une modification de règles de rémunération et réclament des garanties sur la pérennité de leur compagnie menacée, selon eux, par le développement des autres filiales du groupe Air France-KLM (Transavia, Hop! et KLM). Sauf reconduction, le mouvement est prévu jusqu’à mardi.

Déchets

La situation s’arrange lentement et de manière inégale dans la capitale. Eboueurs, agents territoriaux, chauffeurs de camions bennes en grève perturbent depuis deux semaines les principaux sites de la région parisienne, dont le plus important, Ivry-sur-Seine/Paris 13.

Le blocage dans cette usine d’incinération est reconduit jusqu’à mardi, journée de manifestation nationale contre le projet de loi El Khomri.

Dans le quartier Saint-Sulpice (6e arrondissement), certaines rues qui étaient encore jonchées de poubelles pleines et de sacs samedi, étaient nettoyées dimanche.

Même constat dans le 12e arrondissement où les bacs des boulevards ont été vidés samedi après-midi.

Dans le quartier du Sentier, en revanche, il était difficile d’avancer en raison des poubelles qui jonchaient les trottoirs.

La Ville de Paris avait annoncé vendredi le redéploiement de son dispositif pour faire enlever les poubelles par des entreprises privées, prévenant que le retour à la normale ne serait pas immédiat.

Dans les Bouches-du-Rhône, les sites de traitement de Fos-sur-Mer et des Pennes-Mirabeau, restaient bloqués samedi, selon la CGT services publics.

En Ariège le mouvement a été reconduit jusqu’à lundi.

SNCF

La grève des cheminots s’est poursuivie ce week-end, perturbant le trafic. Pour dimanche, la SNCF avait prévu la circulation de 9 TGV sur 10 et 6 TER sur 10 en moyenne, ainsi que d’un Transilien et un Intercité sur deux.

Alors que de nouvelles assemblées générales sont prévues lundi, une légère amélioration est attendue pour le premier jour de la semaine, avec en moyenne 9 TGV sur 10 et 7 TER sur 10, selon les prévisions de la SNCF, ainsi que 6 Transiliens sur 10, mais seulement un Intercité sur deux.

En Ile-de-France, le service sera normal sur le RER A, mais perturbé sur les lignes C,D,E avec deux trains sur trois prévus. La moitié des RER B circuleront.

La compagnie ferroviaire recommande « vivement » aux supporters empruntant les RER B et D pour se rendre au match Irlande-Suède au Stade de France, « d’anticiper leur déplacement ».

Le mouvement lancé le 1er juin par la CGT-Cheminots, Sud-Rail et FO (non représentatif) pour défendre les conditions de travail des cheminots et demander le retrait de la loi travail, est reconduit de jour en jour, malgré un accord, mardi, consacrant le régime de travail actuel à la SNCF.

Raffinerie

Les 5 raffineries du groupe Total, à La Mède (Bouches-du-Rhône), Grandpuits (Seine-et-Marne), Gonfreville-l’Orcher (Seine-Maritime), Donges (Loire-Atlantique) et Feyzin (Rhône), sont « dans une phase de retour à la normale », a fait savoir dimanche un porte-parole.

Pour les trois derniers sites « le retour à la normale devrait être effectif en début de semaine prochaine », a précisé la compagnie.

Dans les Bouches-du-Rhône, la raffinerie d’Ineos, à Lavéra, elle, est toujours en grève, selon la CGT. Le site est « en fonctionnement partiel », mais « il n’y a pas d’expédition », a précisé dimanche Sébastien Varagnol de la CGT d’Ineos.

bur-est/jg/nm/gib