Des postiers en grève en Île-de-France contre la dégradation des conditions de travail

PARIS, 13 novembre 2018 (AFP) – Environ 200 postiers de deux départements franciliens se sont rassemblés mardi devant le siège de l’entreprise à Paris dans le cadre d’une grève appelée par SUD Poste pour protester contre des conditions de travail dégradées, a-t-on appris de source syndicale.

C’est « la première fois depuis des années qu’à La Poste, il y a un appel à la grève commun dans plusieurs départements », a souligné Xavier Chiarelli, secrétaire adjoint de SUD Poste 92, à propos de cette mobilisation dans les Hauts-de-Seine et en Seine-Saint-Denis.

Il a fait part de 20% de grévistes parmi les facteurs des Hauts-de-Seine. En Seine-Saint-Denis, où la grève a été reconduite dans plusieurs bureaux, les postiers de dix communes étaient mobilisés, a-t-il ajouté. Selon la direction, 5,27% des postiers étaient en grève dans les Hauts-de-Seine et 5,64% en Seine-Saint-Denis.

Une intersyndicale (CGT, SUD-PTT, FO) avait par ailleurs lancé un appel à cesser le travail sur la plateforme industrielle courrier de Wissous (Essonne), où la direction a compté 12,81% de grévistes.

Dans un communiqué, SUD Poste 92 et 93 affirment, évoquant des suicides de postiers – deux ont eu lieu récemment en Dordogne -, que « ces drames sont la pointe émergée d’une politique de casse des droits sociaux ». Les syndicats mettent en cause « les réorganisations et suppressions d’emplois incessantes ».

Selon M. Chiarelli, la grève de ce mardi est « une étape dans une mobilisation qui se construit » face aussi à la « perte de sens du métier ».

A Wissous, où une délégation a été reçue, l’intersyndicale évoque des « conditions de travail dégradées avec un manque de personnel récurrent » et réclame « le comblement de tous les postes vacants ».

La Poste indique de son côté que depuis la signature d’un accord social en février 2017, « plus de 8.000 facteurs ont été recrutés en CDI, dont 175 dans les Hauts-de-Seine et 152 en Seine-Saint-Denis ».

Par ailleurs, « plus de 10.000 facteurs ont été promus, avec une augmentation de leur rémunération » et « plus de 7.400 parcours qualifiants ont été engagés pour accompagner l’évolution des métiers du courrier », ajoute l’entreprise.

sp/bfa/tes