Deux syndicats de Safran apportent leur soutien à l’OPA amicale sur Zodiac Aerospace

PARIS, 21 février 2017 (AFP) – Les sections Force Ouvrière (FO) et CFDT de Safran ont apporté leur soutien au projet d’offre publique d’achat (OPA) du motoriste aéronautique sur l’équipementier Zodiac Aerospace, qui est critiquée par le fonds d’investissement britannique The Children’s Investment (TCI).

« Safran a un socle social qui est plutôt bon et qui sera plutôt positif avec l’acquisition de Zodiac », a déclaré Daniel Barberot, coordinateur FO chez Safran, à l’AFP.

« Notre crainte, c’est de voir un fonds comme TCI, qui ne cherche qu’à engranger des profits à court terme et à se graisser sur la bête, avec un montage financier qui n’a aucun objectif industriel », a-t-il ajouté.

« Le projet est dans la logique de développement industriel du groupe, c’est indéniable », a pour sa part déclaré Marc Aubry, le représentant CFDT Safran. « L’opération nous paraît faire sens du point de vue industriel et on en attend des résultats plutôt positifs en termes de développement d’activité et d’emploi, notamment en France », a-t-il ajouté.

TCI, actionnaire minoritaire de Safran avec 3,87% du capital, a critiqué le projet d’OPA et réclamé un vote des actionnaires avant le lancement de l’opération.

Selon lui, « Safran surpaye significativement pour Zodiac ». Il estime que la « juste valeur » de l’action Zodiac est d’environ 20 euros, « bien en dessous » des 29,50 euros proposés par Safran à la mi-janvier.

« Pour nous, c’est un fonds qui veut spéculer et ça nous inquiète plus qu’autre chose », a encore rétorqué Daniel Barberot. « On se bat pour l’emploi en France et les conditions de travail et les salaires. Là, ils ont un beau projet industriel, alors allons-y », a-t-il déclaré.

« On ne souscrit pas du tout à la contre proposition (de TCI) qui a une orientation stratégique différente et purement financière », a estimé Marc Aubry. « On a un a priori plutôt favorable par rapport au projet industriel », a-t-il ajouté en rappelant néanmoins que la phase d’information et de consultation des instances représentatives était en cours.

Safran, dont le premier actionnaire est l’Etat (14% du capital et 21,9% des droits de vote), a lancé en janvier une OPA amicale visant le spécialiste des sièges d’avions Zodiac Aerospace, suivie d’une fusion pour former un géant de plus de 20 milliards de chiffre d’affaires, numéro deux mondial des équipements aéronautiques. Le nouvel ensemble regroupera 92.000 salariés dont 45.000 en France.

dlm/ef/nas