Discrimination au travail: la CGT fait des propositions

PARIS, 21 septembre 2016 (AFP) – La CGT a suggéré mercredi que la discrimination au travail soit résolue par la mise en place d’actions de groupe spécifiques ou de sanctions des entreprises fautives, mesures qui pourraient être intégrées dans le projet de loi Égalité et Citoyenneté.

« Qu’elles soient sexistes, racistes ou syndicales…, les discriminations sont inacceptables et ne peuvent se contenter de mesures de communication ou de slogans », écrit la CGT dans un communiqué.

« Le gouvernement doit prendre ses responsabilités et ne plus se contenter de la recommandation de +bonnes pratiques+ et de l’incitation à des +comportements vertueux+ sans décider de mesures contraignantes », souligne l’organisation syndicale.

La réaction de l’organisation intervient après les publications en début de semaine de deux études, l’une du Défenseur des droits sur les discriminations et l’autre de France Stratégie, mettant en lumière l’ampleur des discriminations au travail et le manque à gagner que cela représente pour l’économie.

La CGT fait plusieurs propositions pour répondre à ce problème, suggérant de mettre en place, entre autres : un registre d’embauche par entreprise recensant les CV reçus et les recrutements effectués (avec le sexe, le nom, la date, le lieu de naissance, le lieu de résidence et le niveau de qualification); des actions de groupe pour permettre aux victimes d’une même discrimination d’aller en justice, de gagner la réparation intégrale de leur préjudice et des condamnations dissuasives ; des sanctions pour les entreprises qui discriminent.

Le projet « Justice au XXIème siècle », qui doit être discuté au Parlement en automne, prévoit, entre autres, de faciliter les actions de groupe portant sur les discriminations au travail, qui seront pilotées par des associations agréées.

La CGT estime que le projet de loi Égalité et Citoyenneté, qui sera examiné au Sénat à partir du 4 octobre, « est le support idéal pour intégrer » ses mesures. Ce projet comporte trois volets: « culture de l’engagement », avec notamment l’élargissement du service civique et la création d’une « réserve civique », la « mixité sociale dans les territoires », qui vise à lutter contre la ghettoïsation des quartiers et un dernier volet concernant la lutte contre les discriminations.

bow/jg/fm