Doubs: des facteurs en grève pour dénoncer la « souffrance au quotidien »

BESANÇON, 23 novembre 2016 (AFP) – Plusieurs dizaines de facteurs du secteur de Pontarlier (Doubs) étaient en grève mercredi pour dénoncer la « souffrance au quotidien causée par le management par la peur », après qu’un de leurs collègues s’est suicidé cet été, a-t-on appris de source syndicale.

Le syndicat Sud-PTT, majoritaire, a appelé à une grève de 24H00 dans le secteur de Pontarlier pour « dénoncer les heures supplémentaires non payées, la dégradation des conditions de travail, la souffrance au quotidien causée par le management par la peur et les fréquentes menaces de sanctions ».

Une trentaine de salariés se sont rassemblés mercredi matin devant le centre de distribution de Pontarlier, a précisé à l’AFP Julien Juif, secrétaire départemental de Sud-PTT. Il a estimé le nombre de grévistes à « plus de 50% » de l’effectif.

Selon la direction régionale de La Poste, le mouvement a été suivi par 25% de l’effectif de l’établissement courrier de Pontarlier.

« Cette grève est aussi en lien avec le suicide de Charles Griffond », un postier pontissalien de 53 ans qui s’est pendu le 17 juillet à son domicile, a dit Julien Juif.

« La direction recherche des solutions pour essayer de favoriser l’apaisement d’un climat difficile », a affirmé de son côté une porte-parole de La Poste, interrogée par l’AFP.

« Une mission d’écoute menée en octobre (à la suite du suicide de M. Griffond) doit faire l’objet d’une restitution d’ici à fin novembre et de la mise en place d’un plan d’action », a-t-elle dit.

M. Griffond avait laissé une lettre pour expliquer son geste, dans laquelle il mentionnait La Poste: « Ils m’ont totalement détruit », « bougeons avec La Poste et mourons grâce à La Poste ».

La direction avait fait part de son « incompréhension » après le décès de l’employé, qui était en préretraite depuis novembre 2015, et qui « ne devait plus revenir au travail jusqu’à son départ en retraite, fin octobre 2016 ».

La Poste, mise en cause après plusieurs cas médiatisés de souffrance au travail, dont des suicides, a lancé le 26 octobre des négociations sur les conditions de travail des facteurs et de leurs encadrants.

Lundi, les syndicats CGT, Sud-PTT et Unsa de La Poste ont quitté la table des négociations avec la direction, jugeant très loin de leurs attentes ses premières propositions.

as/jlc/nm