EDF: un accord sur le forfait-jour pour les cadres sur le point d’aboutir

PARIS, 10 février 2016 (AFP) – Quelques mois après l’échec d’un précédent accord, les syndicats CFE-CGC et CFDT d’EDF SA vont signer un projet d’accord catégoriel proposant aux cadres de choisir le forfait-jour, une « option » réversible chaque année, a-t-on appris mercredi de sources syndicales.

Les deux syndicats ont indiqué à l’AFP qu’ils allaient signer ce projet d’accord la semaine prochaine, confirmant une information du quotidien économique Les Echos. A eux deux, ils détiennent plus de 50% des voix dans le collège cadres (44,2% pour la CFE-CGC), ce qui rend impossible l’exercice d’un droit d’opposition des autres syndicats.

Fin septembre, face à l’opposition quasi-unanime des syndicats et de leurs adhérents, la direction d’EDF avait dû retirer un précédent projet sur le temps de travail, qui instaurait notamment un forfait-jour pour les cadres. Mais elle avait indiqué qu’elle poursuivait le dialogue avec les organisations syndicales.

Le forfait-jour est un régime dérogatoire aux 35 heures qui permet de rémunérer des salariés en fonction du nombre de jours travaillés par an et non d’horaires hebdomadaires.

Contrairement à septembre, où le texte rejeté était un avenant à l’accord d’entreprise du 25 janvier 1999, qui se serait imposé à tous, le nouvel accord est un accord catégoriel qui propose « le forfait-jour comme une option, avec réversibilité », a précisé à l’AFP Frédéric Letty (CFE-CGC). L’accord de 1999 est maintenu.

Chaque cadre pourra « choisir son aménagement du temps de travail entre les nouvelles dispositions négociées et celles de l’accord de 1999 confortées », a ajouté Eric Lemoine (CFDT).

Pour ceux qui opteront pour le forfait-jour, le projet d’accord prévoit 209 jours travaillés (contre une organisation actuelle en 196, 199 ou 202 jours), avec « une amplitude quotidienne de 11 heures maximum et cinq jours par semaine », autre revendication de la CFE-CGC.

En contrepartie de cette augmentation du temps de travail, les cadres volontaires bénéficieront d’une prime équivalente à 7,5% de leur salaire. En septembre, la prime proposée était de 3%.

26.000 cadres sur les 30.000 d’EDF SA sont éligibles au forfait-jour mais il faudra attendre quelque temps pour savoir combien choisiront effectivement ce dispositif. Un comité de suivi va être mis en place.

sp/db/eb