El Khomri ne voit pas « de difficultés » avec le recours aux ordonnances

PARIS, 19 mai 2017 (AFP) – L’ancienne ministre du Travail Myriam El Khomri a affirmé vendredi à l’AFP ne pas voir de « difficulté » au fait de réformer le code du travail par ordonnances, « si cela repose sur un compromis négocié avec les organisations syndicales et patronales ».

« Pour moi l’enjeu, c’est le contenu de l’ordonnance, et surtout accepter un transfert du pouvoir législatif au pouvoir exécutif ne peut se faire que s’il y a eu de la négociation ou de la concertation avec les organisations syndicales sur le contenu de l’ordonnance », a expliqué Mme El Khomri, en marge d’un déplacement de campagne dans le XVIIIe arrondissement.

« Et pour moi, si ça repose sur un compromis négocié avec les organisations syndicales et patronales, je ne vois pas de difficulté », a poursuivi l’ancienne ministre, candidate dans la 18e circonscription de Paris, où elle affrontera notamment Caroline De Haas, égérie de la lutte contre la loi Travail.

« Tout l’enjeu pour moi c’est comment on allie la démocratie sociale et la démocratie politique », a-t-elle ajouté.

« Caroline De Haas, son projet c’est de venir me battre ici dans le XVIIIe arrondissement. Moi je propose un projet pour les habitants du XVIIIe arrondissement », a déclaré Mme El Khomri à propos de sa rivale, soutenue par EELV et le parti communiste français.

« Je n’ai absolument pas peur du débat autour de la loi travail. Il y avait quand même des choses qui étaient un peu fausses dans la pétition qui a été signée: lorsqu’on dit +par simple accord+ alors qu’on passe à l’accord majoritaire c’est pour moi une forme de malhonnêteté », a-t-elle taclé.

Mme De Haas avait été l’initiatrice de la pétition « loi travail non merci », qui a recueilli plus de 1,3 million de signatures sur internet.

Si elle n’a pas demandé l’investiture de la République en Marche, Mme El Khomri a mis en exergue sa proximité passée avec M. Macron. « On a quelque part été un peu frère et soeur d’armes pendant deux ans au sein du gouvernement », a-t-elle affirmé, en précisant son souhait de participer de manière « constructive, exigeante et vigilante à la majorité ».

sl/far/cb