Élections dans la fonction publique: résultats parcellaires et participation a priori en baisse

PARIS, 7 décembre 2018 (AFP) – Des gains ici mais des pertes là: les résultats aux élections dans la fonction publique restaient parcellaires vendredi, au lendemain de la clôture du scrutin qui concernait quelque 5,2 millions d’agents.

Même la participation, a priori en baisse, n’était pas encore certaine.

Dans un communiqué, Bercy a annoncé un taux de participation de « 49,7 % », selon les estimations « disponibles ce (vendredi) à 16H00 », contre 52,8% lors du dernier scrutin en 2014.

Ce taux s’élève à « 50,3% » dans la fonction publique d’État, contre 52,3% en 2014, « 51,9% » dans la territoriale (54,9% en 2014) et « 44,7% » dans l’hospitalière (50,2% en 2014), est-il précisé.

Les résultats consolidés, qui donneront la représentativité syndicale pour les quatre prochaines années, sont attendus mardi.

Dans l’intervalle, la CGT s’est dite, dans un communiqué, « confortée comme première organisation » dans la fonction publique sur la base de résultats partiels. Avec 23,1% en 2014, la CGT devance pour l’heure la CFDT (19,3%) de près de quatre points.

Elle a également affirmé maintenir « nettement l’écart » avec la CFDT dans la fonction publique territoriale, où elle est première avec plus de sept points d’avance sur la centrale de Laurent Berger.

Elle a fait état de « nombreux dysfonctionnements » lors des opérations de vote.

De son côté, la CFDT a préféré attendre la fin des opérations de dépouillement pour se prononcer. « Les remontées sont trop instables pour avoir une tendance », a souligné auprès de l’AFP sa représentante Mylène Jacquot.

Parmi les résultats connus, la CFDT a ravi à FO la première place au ministère de la Défense. Elle a aussi remporté, alliée à l’Unsa, les élections chez les personnels encore fonctionnaires d’Orange, dont les résultats, comme ceux des fonctionnaires de la Poste, sont agrégés à ceux de la fonction publique d’État (FPE). A la Poste, elle talonne désormais la CGT, à 55 voix d’écart.

Au-delà du score dans la fonction publique, la CFDT vise, à travers ces élections organisées du 29 novembre au 6 décembre, la première place secteurs public et privé confondus.

Dans la FPE, où 72% des électeurs votaient par voie électronique, FO et la FSU, respectivement troisième et cinquième au global, étaient au coude à coude pour la première place, ravie par FO à la FSU en 2011. « On attend le dépouillement du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche », a dit à l’AFP Christian Grolier (FO).

La FSU, qui a conservé la première place devant l’Unsa et FO à l’Éducation, plus gros contingent d’électeurs de la FPE, s’est félicité que les personnels lui aient « ainsi renouvelé leur confiance ».

Quant à FO, elle est repassée en tête au ministère de l’Intérieur, « avec plus de 11.000 voix d’avance » sur la CFE-CGC, s’est réjoui M. Grolier.

Quatrième au global, l’Unsa a conservé sa première place au ministère de la Justice, avec 28,80%, et la troisième à l’Intérieur avec un gain de 2,7 points.

Quant à Solidaires, sixième au global, il reste premier à Bercy avec 29,98% (+2), devant la CGT et FO.

Dans la Fonction publique hospitalière, la CGT a avancé qu’elle « apparaît confortée dans sa première place », devant la CFDT, sur la base de « plus de 30% des résultats recueillis par (ses) soins ».

Elle garde notamment sa première place à l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP), avec 35,03% des voix, devant SUD et la CFDT, dans un scrutin marqué par une abstention en hausse de plus de neuf points, selon les résultats communiqués par l’AP-HP.

sp/lum/jlp