Elections dans l’énergie: nouveau recul de la CGT, la CFE-CGC en progression

PARIS, 24 novembre 2016 (AFP) – La CGT enregistre un nouveau recul aux élections professionnelles dans l’énergie où la CFE-CGC continue sa progression, selon les premiers résultats recueillis jeudi, après la clôture du scrutin ouvert depuis une semaine.

Au sein de EDF SA, maison mère d’EDF où quelque 69.000 salariés étaient appelés à voter, la CGT perd trois points avec 34,76% des voix contre 37,5% lors des dernières élections en 2013, selon les résultats transmis à l’AFP par la direction et des syndicats.

Elle reste toutefois en tête, avec neuf points d’avance sur la CFE-CGC qui, alliée à l’Unsa, conforte sa deuxième place, décrochée en 2013, avec une progression de deux points (25,41% contre 23,26%).

Derrière la CGT et la CFE-CGC, la CFDT progresse légèrement (21,38% contre 20,6% en 2013), comme FO (13,86% contre 13,31%).

La CGT recule aussi à RTE, le gestionnaire du réseau haute tension, avec 38,98% (- 5 points par rapport à 2013), où la CFE-CGC grimpe de trois points (20,6% contre 17,63%).

La CFDT, deuxième, améliore son score d’un point et demi (28,09% contre 26,60%) et FO est stable à 11,08%.

Dans ces deux entreprises, la CFTC disparaît (0,61% et 0,3%). Sud Energie récolte 2,61% des voix chez EDF, mais avec de bons scores dans certains services.

Particularité du secteur de l’énergie, les élections, organisées tous les trois ans, ont lieu simultanément dans l’ensemble des entreprises de la branche (163 cette année). Mais le plus gros des troupes travaille dans les entreprises « historiques »: EDF SA, RTE, Enedis (ex-ERDF) et Engie (ex GDF-Suez).

Les résultats d’Enedis, de GRDF et d’Engie SA n’étaient pas disponibles dans l’immédiat.

Lors du dernier scrutin, en 2013, la CGT était restée majoritaire dans le secteur malgré un recul sensible.

sp/db/LyS