Emploi chez ADP: les syndicats dénoncent le « mépris de la direction »

PARIS, 22 juin 2020 (AFP) – Les syndicats d’ADP ont dénoncé lundi le « mépris de la direction envers les salariés » après l’annonce par le PDG du groupe de prochains « ajustements » sur l’emploi face à la crise liée au coronavirus.

Le PDG « a préféré s’adresser à la presse ce weekend pour annoncer son intention de procéder à des ajustements d’effectifs », un acte qui « démontre le peu de qualité du dialogue social chez ADP et le mépris de la direction envers les salariés et les représentants du personnel », ont déploré dans un communiqué commun les cinq syndicats d’ADP (CFE-CGC, CGT, Unsa SAPAP, SNTA-CFDT et FO).

Augustin de Romanet a déclaré au Journal du Dimanche (JDD) que le groupe, qui gère les grands aéroports parisiens, allait devoir procéder à des « ajustements » de « même nature que les compagnies aériennes » pour adapter ses effectifs à la baisse du trafic aérien.

Il n’a pas donné de détails chiffrés sur l’emploi mais il a estimé qu’en 2020, le trafic des aéroports sous sa gestion serait « 60% inférieur à celui de 2019 » en raison des conséquences de la crise sanitaire du Covid-19.

« La méthode choisie a plongé l’ensemble des salariés du groupe – et notamment ceux qui sont en chômage partiel à 100% – dans un immense désarroi », soulignent les syndicats.

« La direction doit désormais faire face à une défiance sans précédent de la part des salariés qui ont perdu toute confiance en elle », affirment également les cinq organisations qui disent vouloir mettre « tout en oeuvre pour contraindre la direction d’ADP à maintenir l’emploi, les compétences et le savoir-faire au sein de l’entreprise ».

ADP a mis 85% de ses effectifs en activité partielle durant le confinement. Le groupe se prépare à rouvrir vendredi l’aéroport de Paris-Orly, fermé au trafic depuis le 31 mars.

esp/lum/cbn