Emploi: des sujets à trancher rapidement pour limiter la casse à l’automne

PARIS, 26 juin 2020 (AFP) – Après avoir défini les nouvelles règles de l’activité partielle, l’exécutif entend boucler avec patronat et syndicats plusieurs dossiers liés à l’emploi d’ici à fin juillet, en premier lieu le plan pour les jeunes, afin de limiter l’hémorragie à la rentrée.

« Nous avons encore beaucoup de travail dans les deux ou trois semaines », a résumé Muriel Pénicaud cette semaine.

Alors que les annonces de suppressions d’emplois se multiplient, comme à Sanofi et Daher vendredi, la ministre du Travail doit déjà convaincre les entreprises de s’emparer dès le 1er juillet de la nouvelle « activité partielle de longue durée », « une alternative aux PSE » (plan de sauvegarde de l’empoi) pour les secteurs durablement touchés par la crise.

Sur la base d’une « prévision d’activité partagée », le but est de négocier un accord d’entreprise (ou de branche) d’une durée de six à 24 mois qui définira un maximum de 40% d’heures chômées, compensées par l’Etat plus fortement que le chômage partiel de base, avec des engagements sur l’emploi.

« On va pousser les entreprises, notamment les petites et celles qui ne sont pas dans l’industrie », a assuré Geoffroy Roux de Bézieux (Medef). « Cela réclame du dialogue social, la CFDT est prête à s’engager », a affirmé Laurent Berger. Syndicats et patronat veulent rapidement « un accord type » rédigé pour les PME.

Autre dossier urgent, le plan pour l’emploi des jeunes doit être finalisé d’ici à la fin de semaine prochaine après de premières aides déjà annoncées pour l’embauche d’apprentis et de contrats de professionnalisation.

Alors que 700.000 jeunes sont attendus sur le marché du travail à la rentrée, « l’idée est d’aider tout le monde, du diplômé au sans diplôme » car « celui qui rate son entrée sur le marché du travail en paye le prix longtemps », explique-t-on à l’Elysée.

– Aide à l’embauche –

La mesure phare sera une aide à l’embauche, sous la forme soit d’une prime, soit d’un allégement de cotisations sociales.

L’hypothèse d’une prime pour une embauche en CDI ou CDD de plus de six mois, avancée par le ministre de l’Economie Bruno Le Maire, a la préférence du Medef, au motif que « l’effet de levier est plus fort pour les non diplômés que les allégements de cotisations patronales », déjà faibles pour les bas salaires.

Mais une autre option, révélée par Les Echos, est sur la table: une exonération pendant trois ans, et jusqu’à 2,5 Smic, des cotisations non pas patronales mais salariales qui resteraient ainsi dans les caisses des entreprises. « On travaille sur plusieurs pistes qui feront l’objet d’une concertation avec les partenaires sociaux », indique-t-on au ministère du Travail.

La CGT est contre cet allègement « car cela reviendrait à déshabiller une nouvelle fois la Sécu avec 10 milliards de pertes supplémentaires ». Si la CFDT préfère une prime, elle met en garde « contre les effets d’aubaine ou de substitution ».

D’autres mesures sont en discussion, comme l’extension de la Garantie jeunes – un dispositif d’insertion avec un accompagnement renforcé – pour les jeunes peu qualifiés.

Mais le dossier le plus épineux à trancher « d’ici fin juillet » reste celui de la réforme de l’assurance chômage, qui « fait partie des sujets sur lesquels nous ne sommes pas d’accord » entre exécutif et syndicats, a reconnu Mme Pénicaud.

Les syndicats demandent l’abandon complet de la réforme de 2019, qu’ils ont toujours contestée, alors que la ministre parle de « bouger des curseurs ».

Si l’exécutif a fait comprendre qu’il reviendrait sur le durcissement de l’ouverture de droits (six mois de travail sur les 24 derniers depuis le 1er novembre contre quatre sur 28 avant), il reste flou sur deux mesures prévues au 1er septembre: le nouveau calcul de l’allocation pour ceux, souvent précaires, qui alternent contrats courts et chômage d’une part et la dégressivité après six mois pour les haut salaires d’autre part.

Les dispositions pour lutter contre les abus de contrats courts (bonus-malus dans certains secteurs et taxe de 10 euros sur certains CDD) ont du plomb dans l’aile, Mme Pénicaud ayant fait remarquer que cela concernait surtout l’hôtellerie-restauration qui « essaye déjà de ressortir la tête de l’eau ».

Enfin, d’autres discussions sont aussi prévues sur la régulation du travail détaché et les sujets de formation et de compétences en prévision du plan de relance.

far/bfa/tes