Emploi, retraite, assurance-chômage… : ce qu’il faut retenir du programme d’Emmanuel Macron

PARIS, 2 mars 2017 – Mise en place d’un système de retraites universel, exonération de cotisations sociales pour les heures supplémentaires, lutte contre les discriminations… Emmanuel Macron a dévoilé, jeudi 3 mars, son programme pour l’élection présidentielle. Le candidat d’En Marche ! promet de « libérer le travail et l’esprit d’entreprise ». Voici les principales mesures qui concernent le domaine « social ».

Emploi

– Organisation « de la vie économique et sociale au niveau de la branche et de l’entreprise ».

– Instauration d’un bonus/malus pour les entreprises abusant des CDD courts.

– Création d’un système universel d’assurance-chômage financé par l’impôt et piloté par l’Etat.

– Rétablissement de l’exonération de cotisations sociales pour les heures supplémentaires comme sous la présidence Sarkozy, mais sans reprendre l’idée d’une défiscalisation comme entre 2007 et 2012. « Je propose de revenir aux exonérations de cotisations salariales et patronales qui avait été décidées il y a maintenant près de dix ans », a expliqué le candidat d’En Marche !.

– Prime de 3 000 euros nets par an pour les enseignants en zone prioritaire Rep+.

– Création de 4 000 à 5 000 postes d’enseignants.

– Hausse de la prime d’activité de 50%.

– Suspension du versement des allocations chômage après le refus de plus de deux offres pour un emploi « décent ».

– Suppression de la totalité des charges « générales » au niveau du Smic. Pour tous les salaires : suppression des cotisations maladie et des cotisations chômage grâce à une augmentation de 1,7 point de la CSG, en protégeant les chômeurs et 40 % des retraités les plus modestes

– Travail détaché : limiter à un an la durée autorisée de séjour d’un travailleur détaché en France et redéfinir au niveau européen les règles du détachement pour mettre fin à toutes les formes de concurrence sociale déloyale.

Dialogue Social

Certains principes fondamentaux (durée légale du temps de travail, égalité professionnelle, salaire minimum…) resteront dans la loi, promet Emmanuel Macron. Mais, ajoute-t-il, les horaires effectifs ou l’organisation du travail seront négociés au plus près du terrain. Ils seront définis par accord majoritaire ou par référendum d’entreprise sur la base d’un accord.

Lutte contre les discriminations

– « Nous ferons de la lutte contre la discrimination une priorité nationale », indique l’ex-ministre du gouvernement Hollande. Le programme d’Emmanuel Macron prévoit une prime de 15 000 euros pour les embauches en CDI des habitants des 200 quartiers prioritaires de la politique de la ville, une mesure de « discrimination positive assumée » par l’entourage du candidat. Plutôt que des « zones franches » avec des aides et des baisses de charges pour les entreprises s’installant dans les quartiers, M. Macron propose un système d' »emplois francs » qui concerne directement les habitants. « Quel que soit le lieu où elle se situe, une entreprise qui recrutera en CDI un habitant de l’un de ces quartiers bénéficiera d’une prime de 15 000 euros sur 3 ans: c’est comme si elle ne payait plus de charges », est-il expliqué dans le document compilant les principales mesures de M. Macron, distribué jeudi à la presse. Cette mesure, qui « est conforme à la Constitution », est une mesure de « discrimination positive assumée » face au chômage de masse dans les banlieues difficiles, selon l’entourage du candidat.

– Le programme prévoit également des mesures anti-discrimination, avec un recours au « testing ». Le candidat prévoit des « opérations de contrôle aléatoires et imprévues à grande échelle, en matière d’accès à l’emploi ou au logement ».

– En matière d’égalité hommes-femmes, les entreprises qui ne respecteraient pas l’égalité salariale verront leur nom publié sur internet.

Formation et apprentissage

– Emmanuel Macron s’engage à former 1 million de jeunes et 1 million de demandeurs d’emploi peu ou pas qualifiés.

– Autre promesse : développer les périodes de pré-apprentissage et les filières en alternance dans tous les lycées professionnels. Des licences professionnelles seront préparées sur trois ans et en alternance. « Nous ferons converger les contrats existants et impliquerons pleinement les branches professionnelles dans la définition des programmes et l’organisation des formations ».

Protection sociale et action sociale

– Mise en place d’un système de retraites universel « avec des règles communes de calcul » (lire notre dépêche).

– Suppression du Régime social des indépendants (RSI).  » Nous doublerons les plafonds pour pouvoir bénéficier du régime fiscal de la microentreprise. Nous mettrons fin à toute forme de concurrence déloyale en permettant chaque année à tous les artisans et commerçants d’opter ou non, selon leurs besoins, pour le régime fiscal de la microentreprise », explique Emmanuel Macron dans son programme.

– Revalorisation de 100 euros par mois de l’allocation adulte handicapé et du minimum vieillesse.

– Création d’un versement social unique (APL, RSA…). « Toutes les allocations sociales seront versées le même jour du mois, un trimestre maximum après la constatation des revenus (contre jusqu’à 2 ans aujourd’hui). »

– Prise en charge à 100 % des lunettes et prothèses auditives et dentaires d’ici à 2022.

– Amplificiation de la lutte contre la fraude aux prestations sociales. « Une fraude grave entraînera désormais, en plus du remboursement, la suspension de la prestation. »

– Création d’un « accélérateur » d’associations. « Elles font un travail formidable, mais il est difficile pour elles de toucher tous leurs publics. Cette nouvelle structure sera chargée de déployer sur l’ensemble du territoire et en moins de 5 ans les associations les plus utiles à notre société. »

– 5 milliards d’euros seront consacrés au Plan d’investissement à la santé du candidat, notamment à la transformation de la médecine de ville et des hôpitaux. Le nombre de maisons de santé sera doublé. Pour lutter contre les déserts médicaux, ces maisons regrouperont des médecins, des infirmières, des orthophonistes, des kinésithérapeutes, des professionnels du spo