Emplois verts: des effectifs encore « modestes », mais « dynamiques »

PARIS, 31 janvier 2017 (AFP) – Malgré leur dynamisme, les métiers verts n’emploient que 144.000 personnes, selon deux études du ministère du Travail publiées mardi, qui recensent, au-delà des professions vertes, 3,76 millions de postes concernés par des « préoccupations environnementales ».

En France, sur la période 2010-2014, les professions vertes « représentent des effectifs relativement modestes », avec en moyenne 144.000 personnes, soit 0,5% de l’emploi total, selon la Dares, le service des statistiques du ministère. Ces emplois se répartissent en trois champs: production et distribution d’énergie et d’eau (65.000 personnes), assainissement et traitement des déchets (51.000) et protection de la nature et de l’environnement (28.000).

Ces effectifs connaissent un « dynamisme particulièrement fort », en hausse de 12.000 personnes (+9,1%) par rapport à la moyenne de la période 2005-2009.

Ce sont les effectifs de la protection de la nature « qui ont le plus augmenté », avec 6.000 postes supplémentaires en cinq ans (+27,3%). Les métiers verts liés aux déchets (+2.000, +4,1%) et à l’énergie et à l’eau (+4.000, +6,6%) sont un peu moins dynamiques.

A côté de ces emplois verts, 3,76 millions de travailleurs exercent des professions dites « verdissantes » (14,1% de l’emploi total), « dont la finalité n’est pas environnementale » mais qui sont « potentiellement affectées par la prise en compte des préoccupations environnementales ». Sont principalement concernés le bâtiment (39,5% de ces emplois), les transports (19,4%), l’industrie (19,1%), la recherche (8,9%) et l’agriculture (6,0%).

« Les professions verdissantes comptent 87.000 emplois de plus en 2012 qu’en 2007 », soit une hausse de 2,4%, selon la Dares.

En tout, quelque 3,91 millions de personnes appartiennent, directement ou indirectement, à « l’économie verte », soit 14,6% de l’ensemble des emplois.

Ces métiers sont très majoritairement masculins. La part des femmes plafonne à 17% dans les professions « vertes » et à 16% dans les professions « verdissantes », contre 48% dans l’ensemble des professions. Ces métiers connaissent toutefois un début de « féminisation », plus marqué dans le « vert » (+5 points en 5 ans) que dans le « verdissant » (+2 pts).

Elles s’exercent essentiellement à temps complet: 92% pour les « vertes », 90% pour les « verdissantes ».

Les professionnels « verts » sont très majoritairement (89%) en CDI, alors que les CDD ne représentent que 6% des postes et que les non-salariés sont quasiment inexistants (0%). La structure de l’emploi est sensiblement différente dans les professions « verdissantes », avec 73% de CDI, 12% de non-salariés et 8% de CDD.

jah/cel/mm