Exposition à l’amiante: des pompiers du Nord portent plainte contre X

LILLE, 25 octobre 2018 (AFP) – Des pompiers du Nord ont déposé plainte jeudi contre X devant le TGI de Lille pour « mise en danger d’autrui », accusant leur hiérarchie de ne pas prendre les mesures nécessaires pour les protéger des « agents cancérigènes », dont l’amiante, a-t-on appris de sources concordantes.

« Cette plainte a été déposée par des agents CGT du service départemental d’incendie et de secours (SDIS) du Nord au nom du syndicat », majoritaire, a indiqué à l’AFP Me Hélène Aveline, confirmant une information du journal Le Monde.

« Malgré l’existence de moyens de protection qui pourraient être mis en place et qui seraient susceptibles de les protéger de manière efficace, leur hiérarchie ne met en place aucune solution concrète et durable », a-t-elle ajouté.

Me Aveline pointe une « double exposition » à l’amiante, mais aussi à d’autres agents cancérigènes : « Lors de leur intervention » pour éteindre un incendie, puis après celle-ci, car « l’exposition perdure puisqu’il n’y a pas de dispositif de décontamination ».

Ainsi, « une fois qu’ils sont sortis de l’intervention, ils rentrent dans les camions et contaminent leurs collègues, dans les casernes, ils contaminent le personnel administratif, et quand ils rentrent chez eux, ils contaminent leurs familles », a ajouté l’avocate.

L’un des objectifs de cette plainte est d’obtenir « une attestation d’exposition à l’amiante », qui « leur permettrait d’avoir un suivi post-professionnel », a-t-elle ajouté.

Cette plainte « a été déposée pour non protection des agents du SDIS, notamment concernant l’exposition à l’amiante, mais aussi aux fumées d’incendie qui sont cancérigènes », a affirmé Quentin De Veylder, secrétaire départemental de la CGT, pointant « la multiplication des cancers » chez les pompiers.

« La prévention contre les risques de toxicité liés aux fumées d’incendie fait l’objet d’un rapport de la Caisse nationale de retraite des agents des collectivités locales, publié en mars 2017 » et « une grande partie des 43 propositions contenues » dans ce rapport « est déjà déclinée à l’échelle départementale », a répondu le SDIS du Nord à l’AFP.

« La mise en place d’un groupe de travail départemental, travaillant également sur les enjeux liés aux fibres d’amiante, a permis d’identifier et de déployer des mesures complémentaires », a-t-il ajouté.

zl/rl/sd