Femmes et sciences: 23 recommandations pour sortir d’une situation « alarmante » (rapport)

PARIS, 31 mai 2018 (AFP) – Mieux former le personnel éducatif, créer une série télé dont des femmes ingénieurs seraient les héroïnes, prendre en compte la durée du congé maternité pour les promotions: des députes avancent, jeudi, 23 recommandations face à la « place bien trop réduite » des femmes dans les sciences.

« La situation n’évolue que très lentement, voire présente parfois un certain recul », note la Délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes de l’assemblée nationale dans un rapport d’information sur les femmes et les sciences.

« Un constat alarmant », « les femmes occupent une place bien trop réduite dans les sciences », « persistance de stéréotypes de genre », « freins intolérables à la carrière des femmes dans les sciences »: le constat est sans ambiguïté.

Les femmes sont moins présentes que les hommes dans les secteurs scientifiques et ce malgré une meilleure réussite scolaire en moyenne que les garçons.

« C’est le cas dans les sciences informatiques alors même que les enjeux des codes, algorithmes et intelligence artificielle vont déterminer grandement notre société demain », rappellent les députés.

Pour y remédier, ils préconisent 23 recommandations dont le renforcement et le développement de la formation des personnels éducatifs lors de leurs études ou par le biais de la formation continue, via par exemple des cours en ligne (Mooc).

Il recommande également que des experts de la thématique de l’égalité femmes-hommes et des stéréotypes de genre soient présents lors de l’élaboration des programmes et qu’un observatoire des stéréotypes de sexe dans les manuels indépendants soit créé.

Autre proposition: « Mettre en lumière les métiers de la technologie et de l’innovation à travers par exemple une série télévisée mettant en scène des femmes ingénieurs et techniciennes héroïnes de la série, à l’instar de Dr House pour la médecine » et lancer une campagne d’information sur les filières et métiers scientifiques.

Pour ce qui concerne le monde du travail, les députés proposent par exemple d' »éviter la discrimination, dans le cadre de l’évaluation préalable à une promotion ou une demande de prime, envers les femmes ayant eu des enfants au cours des quatre dernières années, en ajoutant la durée du congé maternité intervenu pendant la période ».

Mais aussi d' »éviter de se focaliser sur les publications scientifiques et prendre en compte également le mentorat et la sensibilisation aux sciences dans la reconnaissance d’une contribution aux sciences », instaurer plus de souplesse dans le partage du congé parental et créer un fonds d’innovation pour soutenir les bonnes pratiques.

lc/ial/cca