Fermetures de maternités: Buzyn veut s’appuyer sur les sages-femmes pour « sécuriser » les accouchements

PARIS, 21 mars 2019 (AFP) – Faute de médecins pour « maintenir des maternités ouvertes », la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a indiqué jeudi vouloir « qu’il y ait en permanence une sage-femme qui puisse accompagner » les femmes enceintes afin de les « sécuriser ».

« Je sens l’inquiétude des femmes lorsqu’elles sont à distance d’une maternité », a-t-elle déclaré sur RMC et BFM TV, assurant vouloir « trouver une solution pour toutes ces femmes pour qu’elles n’aient aucune inquiétude lorsqu’elles sont enceintes ».

Plusieurs fermetures de maternités ont été contestées ces derniers mois, notamment au Blanc (Indre), à Bernay (Eure) et à Creil (Oise), même si le phénomène n’est pas nouveau : leur nombre est passé de 814 en 1996 à 498 en 2016 en France métropolitaine.

« Nous avons du mal à maintenir des maternités ouvertes parce que nous manquons d’anesthésistes, de pédiatres, d’obstétriciens », a expliqué la ministre.

A l’inverse « il y a un très bon maillage territorial des sages-femmes », a-t-elle souligné, envisageant de « contractualiser avec des sages-femmes pour qu’elles soient mises en contact avec des femmes enceintes et puissent les accompagner en cas de problème ».

Cette mesure serait complétée par « un système de transport disponible à proximité et qui leur assure d’être accompagnées vers une maternité », ainsi qu’un « système de chambre d’hôtel hospitalier près des maternités, pour qu’en cas d’accouchement programmé elles puissent venir un ou deux jours avant pour être en sécurité », a ajouté Mme Buzyn.

« Je prends l’engagement qu’elles seront sécurisées » pour « qu’il n’y ait plus cette angoisse d’accoucher loin d’une maternité », a-t-elle affirmé.

gbh/bfa/phc