Fin de la grève dans l’usine LU près de Nantes après le licenciement d’un salarié

NANTES, 26 juin 2019 (AFP) – La production de biscuits dans l’usine LU à La Haye-Fouassière, près de Nantes, a repris normalement depuis dimanche après la fin de la grève lancée suite au licenciement d’un salarié, a-t-on appris mercredi auprès de la CGT.

La production « est repartie normalement depuis dimanche » et la fin de la grève dont le préavis courait jusqu’à samedi, a déclaré à l’AFP Fabrice Defoort, délégué CGT, syndicat majoritaire dans l’usine.

Pendant six jours, le fonctionnement des quatre lignes de production de biscuits LU – crackers (Belin), petit-déjeuner (BelVita), biscuits secs (Petit Beurre) et les gaufrettes Paille d’Or – avait été perturbé par des débrayages successifs.

L’appel à la grève avait été lancé en soutien à un ouvrier de 41 ans, dont 17 années d’ancienneté au sein de l’entreprise, licencié pour des manquements aux règles de sécurité, alors qu’il n’avait jamais reçu de mise à pied, selon la CGT, qui avait déploré « le niveau de la sanction ».

« L’employé a fait montre à plusieurs reprises d’un comportement déplacé sur son poste de travail » et avait déjà reçu « plusieurs avertissements », avait indiqué le groupe américain Mondelez, propriétaire de la marque depuis 2007.

Le salarié licencié va entamer une procédure devant le conseil de prud’hommes, selon la CGT, qui demandait à la direction sa réintégration, mais ne l’a pas obtenue.

L’usine est implantée dans le berceau historique du célèbre « Petit Beurre », emblème du patrimoine nantais, imaginé par Louis Lefèvre-Utile il y a plus de 130 ans.

fan/gvy/shu