Financement du RSA: la Seine-Saint-Denis tire le signal d’alarme

BOBIGNY, 15 janvier 2016 (AFP) – Stéphane Troussel, président PS du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis, a été reçu vendredi à Matignon où il a tiré le signal d’alarme sur le Revenu de solidarité active (RSA), estimant qu’il lui manquera 45 millions d’euros pour le financer en 2016, a-t-il expliqué à l’AFP.

Jeudi, dans une lettre au Premier ministre Manuel Valls, l’Assemblée des départements de France (ADF) soulignait l’urgence de parvenir à des solutions pour le financement des dépenses sociales, qui pèsent sur le budget des départements. Le gouvernement, qui a ouvert la porte à une reprise en charge du financement du RSA au plan national à partir de 2017, devrait trancher en mars.

Alors que le cap des 100.000 allocataires du RSA a été franchi en Seine-Saint-Denis, le président du conseil départemental a décidé qu’il présenterait au vote un budget 2016 « dans lequel il n’y aura pas un centime d’euro de plus qu’en 2015 » consacré au financement de cette aide sociale.

Selon lui, il manquera 45 millions d’euros dans les caisses du département.

« Il devient désormais urgent de régler ce scandale qui fait reposer sur les départements les plus pauvres le coût de la solidarité nationale. Cela passe par la recentralisation du financement du RSA », plaide-t-il.

Selon Stéphane Troussel, son département ne pourra de toutes façons pas attendre une éventuelle recentralisation du RSA début 2017. Il entend « maintenir la pression » pour obtenir un coup de pouce du gouvernement dès 2016.

En octobre dernier, le gouvernement avait décidé d’aider en urgence une dizaine de départements en grande difficulté pour boucler le financement du RSA pour 2015.

Les départements financent trois allocations sociales individuelles, le RSA, l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA) et la Prestation de compensation du handicap (PCH). L’Association des départements de France met notamment en garde contre l’envolée du RSA, dont le montant restant à la charge des départements, était estimé à quelque 4 milliards d’euros en 2015.

sab/pau/bw