Finistère: près de 800 manifestants pour défendre l’hôpital de Morlaix

RENNES, 27 avril 2019 (AFP) – Près de 800 manifestants, selon la police, ont défilé samedi dans les rues de Morlaix (Finistère) à l’appel de l’intersyndicale CFDT-CGT-Sud pour défendre l’hôpital de la ville, a-t-on appris auprès de la police et des syndicats.

Parmi les manifestants, qui arboraient des pancartes « Sauvons notre hôpital », de nombreux agents, mais aussi des usagers et quelques élus. Les syndicats dénoncent un « plan social déguisé » à l’oeuvre depuis quatre ans, qui s’est traduit selon eux par la suppression de quelque 130 postes sur près de 2.300 agents, avec à la clé la fermeture de services et de lits.

« Nous avons déjà perdu l’an dernier le service de cardiologie et des soins intensifs en cardiologie. Pour les patients, qui sont transférés à Brest, il y a une perte de chance évidente », a dénoncé Stéphanie Primel, déléguée CFDT, syndicat majoritaire, auprès de l’AFP. Elle critique aussi une vision « comptable » de la direction depuis la mise en place du groupement hospitalier de territoire (GHT) de Bretagne occidentale en 2016. « Il faut que l’offre de soins reste diversifiée et de proximité », plaide-t-elle.

Les syndicats s’inquiètent également d’une restructuration en cours du service de psychiatrie rattaché à l’hôpital avec des suppressions de lits et de postes. « Nous couvrons 106 communes soit près de 200.000 habitants, la psychiatrie a largement sa place sur ce territoire », souligne Mme Primel, précisant que l’hôpital est le premier employeur du bassin morlaisien.

Pascal Kerboriou, délégué CGT, dénonce également « le manque de dialogue avec la direction ». « Nous avons demandé une médiation auprès de l’Agence régionale de santé (ARS) pour renouer le dialogue », souligne-t-il.

L’hôpital de Morlaix est doté d’une capacité d’accueil de 951 lits et 237 places. Il a accueilli en 2017 plus de 22.500 patients en hospitalisation complète.

hdu/cbn