FO opposée à toute désindexation du Smic

PARIS, 5 décembre 2017 (AFP) – Force ouvrière s’est opposée mardi à toute idée de désindexation du Smic avancée par le groupe d’experts qui, si elle était retenue par le gouvernement, serait « une faute économique et sociale lourde de sens ».

« Si le gouvernement retenait cette proposition, ce serait une faute économique et sociale lourde de sens, accentuant l’image d’un gouvernement des riches apparue notamment avec la baisse des APL », prévient Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO.

Le groupe d’experts sur le Smic s’est une fois de plus prononcé contre un « coup de pouce » au 1er janvier, selon son rapport consulté mardi par l’AFP. En outre, il juge « nécessaire » de « réformer » la formule de calcul du salaire minimum, préconisant deux options: indexer le Smic sur l’inflation seulement ou « supprimer toute règle d’indexation obligatoire ».

Renouvelé en août, ce groupe d’experts est présidé par Gilbert Cette, professeur d’économie associé à l’université d’Aix-Marseille, et se compose notamment des économistes Andrea Garnero (OCDE), Isabelle Méjean (Crest), Marie-Claire Villeval (CNRS) et André Zylberberg (CNRS et Ecole d’économie de Paris).

Lors de la mise en place de ce nouveau groupe d’experts, FO rappelle qu’elle avait « mis en garde contre une composition monocolore relevant du libéralisme économique et monospécialisée au plan des disciplines ».

« Le résultat ne se fait pas attendre avec les premières recommandations de ce groupe qui, non seulement ne plaide pas pour un coup de pouce, mais propose de désindexer en tout ou en partie le Smic, notamment du salaire horaire de base ouvrier et employé », regrette FO.

bow/dec/db/nas