FO: Patrice Clos, de la fédération transports, candidat pour remplacer Pavageau

PARIS, 29 octobre 2018 (AFP) – Patrice Clos, secrétaire national des transports de Force ouvrière, s’est porté candidat lundi pour diriger le troisième syndicat français, en remplacement de Pascal Pavageau, parti après le scandale d’un fichier controversé sur ses dirigeants.

« Cette candidature ambitionne de permettre à notre organisation de sortir d’un mois de turbulences avec un nouveau secrétaire général n’ayant aucune autre étiquette que la liberté et l’indépendance, principes cardinaux de Force ouvrière », écrit-il aux membres du Comité confédéral national (CCN), le « parlement » de FO.

C’est pour le moment le seul candidat, selon des responsables de la direction de FO. Un candidat doit être soutenu par une fédération ou une union départementale.

Les cadres ont jusqu’au 6 novembre pour se porter candidats, deux semaines avant une réunion sur deux jours du CCN, les 21 et 22 novembre, où sera élu le remplaçant de Pascal Pavageau.

Elu fin avril au congrès de FO, Pascal Pavageau, 49 ans, a démissionné le 17 octobre, une semaine après la révélation d’un fichier controversé sur les dirigeants de FO par le Canard enchaîné.

« Je me suis porté candidat pour faire respecter les résolutions du congrès » d’avril 2018, voté à 96%, « afin qu’on ne nous les vole pas », a expliqué Patrice Clos, 53 ans, à l’AFP.

Né le 1e juillet 1965 à Toulouse, il est rentré à FO en 1987 et dirige la fédération nationale des transports et de la logistique (FO-UNCP). Par ses prises de position au cours des dernières années, il se rapproche de la ligne dure de FO, préférant, comme Pascal Pavageau, la grève et la manifestation à la concertation — cette dernière étant privilégiée en fin de mandat par Jean-Claude Mailly.

La fédération de Patrice Clos n’a d’ailleurs pas validé le rapport d’activités de Jean-Claude Mailly en avril, lui reprochant d’avoir refusé de manifester contre les ordonnances réformant le code du travail, fin 2017, et de ne pas avoir poursuivi la mobilisation contre la loi travail, en 2016.

Dans son courrier de candidature, M. Clos « condamne » le fichier sur les cadres de FO, mais explique ne pas avoir « participé de près ou de loin au congédiement public de P. Pavageau ». Il estime « ainsi » être « en capacité de reconstruire l’unité » de FO, « en respectant les sensibilités traditionnelles, mais sans que celles-ci ne prennent le pas dans les décisions ».

Sa fédération avait réclamé jeudi que l’audit financier demandé par Pascal Pavageau soit mis en oeuvre.

Jusqu’au 21 novembre, Patrick Privat, le trésorier de la confédération, est chargé de l’intérim.

bow/bfa/mm