FO proteste contre le chômage partiel « individualisé »

PARIS, 23 avril 2020 (AFP) – Force ouvrière a protesté jeudi, dans un courrier adressé à la ministre du Travail Muriel Pénicaud, contre deux ordonnances présentées mercredi en Conseil des ministres instaurant un chômage partiel « individualisé » et une réduction des délais de consultation des comités sociaux et économiques (CSE).

L’individualisation est mise en place notamment en vue de la reprise d’activité des entreprises et commencera à s’appliquer en mai. Quant aux CSE, les délais seront réduits pour les consultations visant à reprendre l’activité.

« Nous découvrons que vous envisagez de raccourcir de façon importante, d’un mois à huit jours, les délais de consultation du CSE et de recours aux expertises », écrit Yves Veyrier, le secrétaire général de FO, dans un premier courrier.

« Bien que présentée comme +exceptionnelle et temporaire+, une réduction aussi drastique des délais (…) ne peut que mettre durement en péril la défense des intérêts des salariés », s’inquiète-t-il.

« Comment, dans ces conditions, les élus parviendront-ils à obtenir toutes les informations nécessaires, à les analyser, à engager un dialogue avec l’employeur, à faire des propositions et des voeux auxquels ce dernier n’aura pas forcément le temps de répondre? Comment, dans ces conditions pourront-ils rendre des avis éclairés dans des délais aussi contraints? Les mêmes questions se posent pour les experts du CSE qui seront, eux aussi, obligés de se prononcer en urgence sur des sujets extrêmement techniques », souligne-t-il.

Dans un second courrier sur le chômage partiel « individualisé », le secrétaire général prévient: « Nous nous opposerons à toute prolongation de cette mesure susceptible, très rapidement, de conduire à de véritables inégalités, principalement salariales, entre les salariés ».

bow/bfa/dlm