FO s’inquiète des répercussions sociales des cessions chez Casino

PARIS, 29 août 2019 (AFP) – La fédération FO de l’agriculture et de l’alimentation (FGTA-FO), inquiète des répercussions sociales des 2 milliards d’euros de cessions d’actifs annoncées par Casino, demande à être reçue par le gouvernement, selon un communiqué jeudi.

Le groupe français de distribution a annoncé le 20 août dernier une deuxième vague de cession de magasins pour accélérer son désendettement, sous la pression de ses investisseurs, des actionnaires et de sa maison mère (Rallye) en procédure de sauvegarde.

FO, premier syndicat du groupe de distribution, craint qu' »en revenant à longueur de temps sur le poids de l’endettement du groupe, la finance sans visage prépare doucement les esprits à la vente à la découpe de l’entreprise ».

« On a évité les licenciements lors du premier programme de cession, avec un plan d’anticipation signé par FO qui prévoyait le reclassement des salariés des magasins cédés qui souhaitaient rester dans le groupe », rappelle Laurence Gilardo, secrétaire générale de FO groupe Casino. « C’est le boulot de la direction de travailler pour préserver l’emploi comme elle s’y est engagée ».

Dans sa lettre au Premier ministre, FO s’inquiète aussi des « rumeurs de concentration avec d’autres acteurs de la distribution ».

« Nous sommes très inquiets des répercussions sociales dans les Hypers-Supers, qui impacteront de fait tout le secteur de la logistique et des services centraux », souligne le syndicat qui rappelle que Casino a déjà cédé 59 magasins et en a fermé 118.

Casino mise sur les segments rentables que sont les magasins de proximité (Monoprix, Franprix, Naturalia …) et sur sa filiale de commerce en ligne Cdiscount, au détriment de secteurs à la peine comme les hypermarchés Géant et l’enseigne discount Leader Price, sur laquelle courent des rumeurs de cession.

FO demande à être reçue par le Premier ministre Edouard Philippe, la ministre du Travail Muriel Pénicaud et le ministre de l’Economie Bruno Le Maire ainsi que par le président du groupe Jean-Charles Naouri.

mpf/cg/spi