Fonction publique: l’Unsa croit au « dialogue social », Solidaires évoque des « casus belli »

PARIS, 24 mai 2017 (AFP) – Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des comptes publics, en charge de la fonction publique, « a ouvert la porte du dialogue social » lors de sa première rencontre avec les syndicats, a estimé mercredi l’Unsa, tandis que Solidaires parle de « casus belli ».

« Pour nous, il a ouvert la porte du dialogue social et on va essayer de tout faire pour que toutes les décisions qui en seront issues défendent la fonction publique et ses agents », a déclaré à l’AFP Luc Farré, représentant de l’Unsa, à l’issue de sa rencontre avec le ministre.

« Il affiche une volonté de dialogue et de la souplesse avant les législatives mais les quelques pistes présentées sont celles du programme Macron: l’attaque des statuts, des emplois et l’absence de rémunération à la hauteur des compétences, qui seront pour nous des casus belli », a dit Denis Turbet-Delof de Solidaires, reçu juste après l’Unsa.

« C’est la poursuite idéologique des gouvernements Sarkozy et Hollande inféodés au pacte budgétaire européen », a-t-il ajouté, regrettant le rattachement de la fonction publique à Bercy et une vision « purement comptable » du service public.

Privé de précisions sur les mesures à venir ou l’agenda, M. Farré s’est néanmoins félicité que M. Darmanin, « tout en confirmant la volonté du gouvernement de supprimer 120.000 postes, souhaite engager une réflexion plus large sur les missions des agents publics ».

« Nous lui avons rappelé que certains services étaient en limite de fonctionnement faute de personnel et qu’il serait dangereux de ne pas en tenir compte », a-t-il dit.

Comme d’autres syndicats la veille, Solidaires et l’Unsa confirment la possible tenue, avant la fin de l’année, d’un « rendez-vous salarial », acté par le gouvernement précédent, mais qui ne devrait pas se traduire par une revalorisation du point d’indice (qui sert à calculer la rémunération des fonctionnaires, NDLR). Ce point avait été relevé de 1,2% en 2016.

Le ministre, qui a reçu mardi CGT, CFDT, FO et la FSU, recevra CFTC, CFE-CGC, FA-FPT en début de semaine prochaine, selon le ministère.

Une intersyndicale est par ailleurs prévue jeudi 1er juin.

ls/cel/nas