Formation: la transformation de l’Afpa en établissement public actée

PARIS, 11 novembre 2016 (AFP) – La transformation de l’Association nationale pour la formation professionnelle des adultes (Afpa) en Etablissement public industriel et commercial (Epic), visant à assurer la pérennité de cette structure, est actée avec la parution vendredi de l’ordonnance au Journal officiel.

Présentée mercredi en conseil des ministres, l’ordonnance composée de dix articles, précise les objectifs et le fonctionnement de « l’Etablissement public chargé de la formation professionnelle des adultes » qui entre en vigueur « au plus tard le 1e janvier 2017 ».

Ses ressources seront constituées par les « dotations de l’Etat, des redevances pour service rendu, le produit des ventes et des locations ainsi que par des emprunts autorisés, dons et legs et recettes diverses ».

Il « participe à la formation et à la qualification des personnes les plus éloignées de l’emploi et contribue à leur insertion sociale et professionnelle »; « contribue à la politique de certification menée par le ministre chargé de l’emploi »; « contribue à l’égal accès des femmes et des hommes à la formation professionnelle et à la promotion de la mixité des métiers »; « contribue à l’égal accès, sur l’ensemble du territoire, aux services publics de l’emploi et de la formation professionnelle ».

Le nouvel établissement va également « contribuer à l’émergence et à l’organisation de nouveaux métiers et de nouvelles compétences ».

Son directeur général sera nommé par décret et au sein du conseil d’administration, les représentants de l’Etat et des régions auront plus de voix que les autres membres (syndicats, personnalités qualifiées, patronat…).

Les élus du comité central d’entreprise (CCE) de l’Afpa s’étaient prononcés fin octobre contre cette transformation, émettant des craintes sur les effectifs.

Ce changement de statut, décidé en 2015, vise à assurer la pérennité du leader de la formation professionnelle, créé en 1949. Il avait frôlé la cessation de paiement en 2012, touché de plein fouet par l’ouverture du marché à la concurrence en 2009.

En 2013, l’Afpa a été recapitalisée in extremis par l’État, qui s’est engagé à lui injecter 220 millions sur 5 ans. En échange, elle a revu totalement son offre de formation et établi un « plan de refondation » incluant des réductions d’effectifs et des économies.

Elle forme chaque année 140.000 personnes, dont près de 80.000 demandeurs d’emploi.

bow/db/spi