Formation: les PME refusent de reprendre la négociation, le Medef menace

PARIS, 24 janvier 2018 (AFP) – Les PME refusent de reprendre la négociation sur la formation professionnelle et le Medef « n’est pas loin » de cette position, ont annoncé mercredi les deux organisations, engagées dans un bras de fer contre les régions sur la réforme parallèle de l’apprentissage.

« On n’a eu aucun éclaircissement », a dit à l’AFP Jean-Michel Pottier, à l’issue d’une réunion bilatérale au ministère du Travail, convoquée après l’annulation par le patronat d’une précédente séance de négociation sur la formation professionnelle, prévue le 19 janvier.

La réunion suivante de négociation était programmée le 26 janvier, mais elle n’aura pas lieu, a-t-il assuré. « Nous sommes pressés de reprendre la négociation, mais les conditions ne sont pas réunies pour qu’on puisse le faire », a-t-il expliqué, car le ministère n’a apporté « aucune réponse » à ses questions.

De son côté, le Medef a été plus nuancé à sa sortie du ministère, se donnant la fin des rencontres au ministère, prévue jeudi, pour se décider. « On a encore besoin d’éclairages. Pour autant, la décision sera prise quand tout le monde sera reçu », a déclaré Florence Poivey, cheffe de file du Medef, dont la position « n’est pas loin » de celle de la CPME.

La CPME et le Medef, qui soupçonnent le gouvernement d’avoir récemment fait des concessions aux régions, ont suspendu la négociation sur la formation professionnelle, pour tenter de peser sur celle de l’apprentissage. Ces deux dossiers doivent aboutir à un projet de loi au printemps.

« Ca devient court en terme de calendrier », a reconnu Mme Poivey, à propos de la négociation sur la formation, dont la fin a été programmée le 16 février.

Le dossier apprentissage est miné par un bras de fer entre les régions — qui souhaitent conserver son pilotage– et le patronat — qui considère qu’il doit avoir la main.

Dans la matinée, Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO, a appuyé le patronat, réclamant que l’apprentissage soit piloté par les syndicats et les organisations patronales. Les régions ont « d’autres missions » importantes à gérer, selon lui.

Or mardi, Hervé Morin, président de Régions de France, avait affirmé que les régions pourraient sortir « de tout dispositif sur l’apprentissage » si le gouvernement décidait d’en confier le pilotage « au Medef ».

Parmi les objectifs de la CPME: « remettre le chef d’entreprise au centre du dispositif apprentissage »; avoir un observatoire permettant de définir les besoins des entreprises, avec un pilotage des branches professionnelles et décrocher un « financement direct et transparent de l’apprentissage qui passe par un financement au contrat » (dépendant du nombre de personnes inscrites dans un centre de formation d’apprentis), a rappelé M. Pottier.

Le rapport de synthèse de la concertation apprentissage doit être rendu le 30 janvier, selon les partenaires sociaux.

bow/cel/fm