Formation: les syndicats s’insurgent contre la réforme

PARIS, 5 mars 2018 (AFP) – La CGT, la CFDT et FO ont vivement critiqué lundi la réforme de la formation professionnelle annoncée par la ministre du Travail, la jugeant « libérale » et menaçant les droits des salariés.

« A l’instar de la politique destructrice du droit du travail, c’est de nouveau un tournant libéral indéniable. Et le big bang risque bien de produire le néant! », écrit la CGT dans un communiqué après la conférence de presse de Muriel Pénicaud.

Le gouvernement « fragilise encore le monde du travail en érigeant une individualisation totale des travailleurs, désormais, seuls responsables de leur employabilité », a encore regretté la CGT.

Selon elle, la réforme, qui prévoit notamment de faire passer le compte personnel de formation (CPF) en euros, et non plus en heures, fait « la part belle aux trop nombreux organismes de formation, qui ont les mains libres pour marchandiser la formation ».

De son côté, la CFDT écrit que la monétisation du CPF « ne doit pas être un affaiblissement des droits des salariés ».

Les annonces faites par la ministre sur la gouvernance du système — que le gouvernement avait d’entrée dit vouloir simplifier — n’ont fait l’objet « d’aucune concertation préalable », regrette la CFDT.

Concernant la décision du gouvernement de transférer la collecte des fonds de la formation des Organismes paritaires collecteurs agréés (Opca) vers les Urssaf, la CFDT estime qu’une telle évolution « mérite plus de transparence en termes d’impact financier et d’opérationnalité ».

Elle demande l’organisation d’une concertation « rapide » pour « que ces changements ne conduisent pas à un chamboule-tout destructeur » mais permettent « une plus grande efficacité ».

Pour Michel Beaugas (FO), « les libéraux ont gagné ». Lui aussi s’inquiète de la monétisation du CPF. « Aujourd’hui, a-t-il dit à l’AFP, quand vous disposez de 100 heures de formation sur votre CPF, vous faites vos 100 heures quel que soit le prix. Demain, si vous avez besoin de 100 heures de formation, qui coûtent 4.000 euros, et que vous avez 500 euros sur votre CPF, qui paie? »

Muriel Pénicaud a également annoncé lundi la création de l’agence « France compétences », qui remplacera les trois instances paritaires nationales actuelles (Copanef, Cnefop et FPSPP). Elle sera gérée par l’Etat, les Régions, les syndicats et le patronat, ce qui revient, selon M. Beaugas, à « retirer la gestion paritaire de la formation professionnelle au niveau national ».

En outre, il a dit craindre pour les effectifs dans le Opca (5.000 équivalent temps plein) et les Fongecif (un millier), actuellement chargés de la gestion du Congé individuel de formation (CIF) qui doit être intégré dans le CPF, sous l’intitulé « CPF de transition », dans le cadre de la réforme.

bow-dec/m