G7: soutien d’organisations patronales au multilatéralisme

AIX-EN-PROVENCE, 5 juillet 2019 (AFP) – Les organisations patronales des pays du G7 ont exprimé vendredi à Aix-en-Provence leur « profonde inquiétude devant l’état actuel du multilatéralisme » et appelé à une croissance « plus inclusive et durable ».

« Nous exprimons notre profonde inquiétude face à l’état actuel du multilatéralisme, qui est de plus en plus menacé par des stratégies nationales de faire cavalier seul », selon le « Business 7 » ou « B7 » qui réunit le Medef (France), la Confindustria (Italie), le BDI (Allemagne), la CBI (Royaume-Uni), le Keidanren (Japon), la Chambre de commerce du Canada et de l’American Chamber of Commerce.

Avant le G7 de Biarritz du 24 au 26 août, ces organisations appellent à « engager les efforts nécessaires pour trouver urgemment une solution à l’actuelle impasse dans laquelle se trouve l’organe d’appel de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC), à moderniser l’Organe de règlement des différends (ORD) et à entreprendre une profonde réforme

de sa gouvernance et de son fonctionnement ».

L’ORD, souvent surnommé la cour suprême du commerce mondial, est en crise depuis que Washington refuse d’approuver la nomination de nouveaux juges à son organe d’appel.

Le chef de l’OMC Roberto Azevedo s’était inquiété le 20 juin de la possibilité qu’aucune solution ne soit trouvée à cette crise, ajoutant que les membres de l’OMC commençaient à travailler à un tel scénario.

Le B7, réuni de mercredi à vendredi à Aix-en-Provence, demande aussi au G7 de définir un programme ambitieux en matière de transition écologique, de cybersécurité, et de « renforcer les politiques publiques sur l’égalité, la diversité et l’inclusion ».

Le B7 a également publié une déclaration conjointe avec le L7 (pour « Labour 7 »), un groupement de représentants de salariés, parmi lesquels les Français Laurent Berger (CFDT) et Yves Veyrier (FO), ainsi que le directeur général de l’Organisation internationale du Travail (OIT) Guy Rider et la Secrétaire générale de Confédération syndicale internationale (CSI) Sharan Burrow.

« Nous exhortons les pays du G7 à agir et à rétablir la confiance afin d’éviter le risque qu’une partie croissante de la population, se sentant vulnérable, ne perde confiance en la démocratie et en l’économie mondiale », selon cette déclaration.

La perte de confiance est cette année le thème des « Rencontres économiques d’Aix » qui se déroulent de vendredi à dimanche et auxquelles participent en partie les même acteurs.

boc/tq/az