Gattaz (Medef) : une réforme du travail « absolument essentielle »

PARIS, 25 juillet 2017 (AFP) – Le patron des patrons Pierre Gattaz a réitéré mardi son soutien à la réforme du travail, « absolument essentielle pour le pays » et attendue par les investisseurs étrangers désireux de revenir en France dans le contexte du Brexit.

« J’ai redit au Premier ministre que cette réforme était absolument essentielle pour le pays », a déclaré le président du Medef devant la presse à Matignon en sortant d’une réunion de bilan des concertations avec le Premier ministre, Edouard Philippe, et la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

« On est au pied du mur maintenant », a estimé le responsable de la première organisation patronale. « Je crois qu’il faut maintenant faire ces réformes. Elles sont attendues des forces économiques françaises bien-sûr, mais surtout des investisseurs étrangers qui voudraient revenir en France », a-t-il dit, évoquant les contextes économiques du Brexit et du président américain « Monsieur Trump ».

« Il faut que la France redevienne aussi attractive que les pays qui nous entourent », a-t-il ajouté, insistant sur l’importance du « dialogue social pour tous » et de « déverrouiller la peur d’embaucher ».

« On pourra donner tous les espaces de liberté aux entreprises, si elles n’ont pas la possibilité de négocier avec leurs salariés ça ne marche pas », a affirmé M. Gattaz, estimant la proportion des entreprises « qui ne peuvent pas signer d’accord » à « 95% » en France.

Il estime qu’il faut « bien calibrer les indemnités légales, les problèmes de litige aux Prud’hommes en plafond et en plancher », assurant ne « pas (avoir) de ligne rouge » à ce sujet mais demandant que les règles soient adaptées aux « TPE-PME qui ont le gisement d’emploi le plus rapide en France ».

Les ordonnances réformant le code du travail seront présentées aux partenaires sociaux à la fin août en vue de leur publication prévue normalement le 20 septembre.

clw/pan/nth