GB: le salaire des grands patrons doit être réduit de plus de moitié, selon une association d’actionnaires

LONDRES, 20 mai 2016 (AFP) – La rémunération des dirigeants des grandes entreprises cotées au Royaume-Uni est trop élevée et devrait être réduite de plus de moitié, estime une influente association d’actionnaires dans un rapport vendredi.

« Nous sommes profondément inquiets de la tendance continue à une rémunération excessive et inutile des directeurs généraux » d’entreprises, a souligné Mark Northway, le président de la Société des actionnaires individuels, également connue sous le nom de ShareSoc.

La rémunération des patrons des grandes entreprises de l’indice vedette de la Bourse de Londres, le FTSE-100, est en particulier jugée « trop élevée ». « Elle devrait être inférieure de plus de moitié par rapport aux niveaux actuels », juge la ShareSoc.

Elle réclame un renversement de tendance, observant que « la rémunération a triplé ces 18 dernières années alors que l’indice FTSE-100 a à peine progressé ».

Le montant maximal des bonus devrait être limité à 100% du salaire de base (alors qu’il est souvent à 200% actuellement), de même que les plans d’intéressement à long-terme (contre souvent 300% actuellement), prône notamment la ShareSoc, dans un rapport qui contient une série de recommandations.

Cette publication intervient alors que les actionnaires ont récemment exprimé leur colère face aux rémunérations faramineuses de patrons d’entreprises aux résultats par toujours brillants.

Lors de l’assemblée générale annuelle du géant pétrolier BP à la mi-avril, une large majorité avait rejeté la hausse de la paie du directeur général Bob Dudley, lors d’un vote purement consultatif.

Des votes similaires ont eu lieu depuis chez le constructeur automobile français Renault fin avril ou à la banque allemande Deutsche Bank jeudi.

En France, le Premier ministre Manuel Valls a estimé jeudi matin qu’il fallait maintenant « légiférer » pour mieux encadrer la rémunération des grands patrons.

jmi/pn/spi